cover

[FR] Wesh !

Comme promis et malgré les retards, voici enfin ma chronique de Trollfest – Kaptein Kaos. Je vais tenter ici de dépeindre l’atmosphère générale et l’essence de cet album.

Trollfest est un groupe que j’adore et que mes amis adorent également. Aussi est-il plaisant d’avoir eu leurs points de vue sur la carrière du groupe. Unanimement, et à l’inverse de la large majorité des groupes de musique, Trollfest va crescendo et continue de proposer toujours mieux dans ses productions.

J’ai un énorme coup de coeur pour ce groupe que j’ai pu rencontrer dans la vraie vie à Toulouse il y a quelques mois de cela. Vous pouvez d’ailleurs lire cela ici :
[Report] Toulouse – 23/04/2014 – Trollfest + Finsterforst + Cryptic Forest [SPM PROD]
Lors du concert de Toulouse, le groupe venait présenter au public son dernier bébé : Kaptein Kaos, je connaissais déjà un peu l’ambiance de l’album et dans la fosse c’était insane. Mais passons désormais à une critique studio et non live.

Il parait essentiel de procéder à une lecture en deux étapes de cette oeuvre. La partie musicale d’une part et la partie lyrics d’autre part.

Trollfest est dans la continuité de la diversité proposée par le groupe avec Brumlebassen en 2012. Si y a un connard qui vient vous dire que le metal c’est du bruit, du bruit, du bruit : envoyez-le écouter cet album. La richesse de Kaptein Kaos est à couper le souffle, tellement riche que j’étais effrayé de le chroniquer pour parvenir à décrire tout ce qui compose l’album. Trollfest connait la musique et ça se voit, empruntant au True Norvegian Balkan Metal, au swing, au jazz, une simili néo-valse (copyright The World Of Twinsen 2014 sur la description de ce genre musical) à l’exotisme, au pop rock, au folklore scandinave et plein d’autres genres divers auxquels on ne songerait pas en pensant à Trollfest. Mêlant à la fois sérieux et second degré, on est transporté tel un navire sur une mer capricieuse : tantôt agitée, tantôt calme, tantôt farceuse (souvent farceuse même). Pour écrire mes chroniques, je lance en même temps l’album que je présente, ainsi les idées viennent au fûr et à mesure. Indéniablement, cet album est un album de couple qui décrirait une relation amoureuse. Aussi, je pense que l’écoute est beaucoup plus agréable à plusieurs que tout seul, c’est un album qui se partage. Tout comme l’auteur de ses lignes, ce sont des romantiques nos trolls favoris.

Quel fou rire lorsqu’un « I wanna go to the cabana party tonight » pointe le bout de son nez. et qui du coup nous donne envie d’aller à cette soirée.

Côté histoire/lyrics, Kaptein Kaos traverse les âges comme le montrent si bien nos trolls en concert avec leurs costumes de dinosaures, romains, chinois… D’après mes sources, Toulouse fait partie des heureux élus à avoir vus ces costumes durant leur tournée, tout le monde ne semble pas les avoir vus.

Mes chroniques décrivent ma vision, elles sont complètement subjectives et peuvent présenter des erreurs, libre à vous d’y apporter une réponse.

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

[EN] Wesh!

As promised and in spite of the delays, my review of Trollfest – Kaptein Kaos is finally here. I am here going to try to depict the general atmosphere and the essence of this album.

Trollfest is a group I love and which my friends also love. So it is pleasant to have had their points of view on the career of the group. Unanimously, and contrary to the wide majority of the music groups, Trollfest goes crescendo and continues to propose always better in its productions.

I have an enormous crush for this group which I was able to meet in real life in Toulouse some months ago. You can read more about it here: [Report] Toulouse – 23/04/2014 – Trollfest + Finsterforst + Cryptic Forest [SPM PROD]

During the concert of Toulouse, the group came to present to the public their last baby: Kaptein Kaos. I already knew a little the atmosphere of the album and in the pit it was insane. But let us focus to a studio review and not a live one.

It seems essential to work in two phases for this chronicle. The musical part on one hand and the lyrics part on the other hand.

Trollfest is in the continuance of the variety proposed by the group with Brumlebassen in 2012. If a jerk comes to say to you that metal is only niose, noise, noise : send him a link to listen to this album. The richness of Kaptein Kaos is mindblowing, so rich that I was frightened to chronicle it to succeed in describing all which composes the album. Trollfest knows music and we see it, going from the True Norvegian Balkan Metal, from the swing, from the jazz, a simili neo-waltzs (copyright The World Of Twinsen 2014 on the description of this musical genre) in the exoticism, in the pop rock, in the Scandinavian folklore and other different kinds of which we would not think by thinking of Trollfest. Mixing at the same moment serious and second degree, we are transported like a vessel on a whimsical sea: sometimes shaken, sometimes peaceful, sometimes mischievous (often mischievous even). To write my chronicles, I play at the same time the album which I present, so the ideas come all along. Unmistakably, this album is an album of couple which would describe a love relation. So, I think that the listening is much more pleasant to some than alone, it is an album which is shared. Quite as the author of these lines, our favourite trolls are romantic.

What a crazy laughter when this appears:  » I wanna go to the cabana party tonight  » giving us a huge envy to attend to this party.

On the history / lyrics side, Kaptein Kaos crosses ages as show it so well our trolls in concerts with their suits of dinosaurs, Roman, Chinese… According to my sources, Toulouse is one of the rare shows to have seen these suits during their tour, everybody does not seem to have that luck.

My reviews describe my vision, they are completely subjective and can present errors, it is up to you to bring it an answer.

Guillaume Ghrenassia aka The World Of Twinsen

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

https://www.facebook.com/trollfestofficial

https://twitter.com/TrollfesT_Band

http://www.trollfest.com/

http://trollfest.bigcartel.com/

https://www.youtube.com/user/oivan

http://trollfestofficial.tumblr.com/

 

(2006) Valley Lord - Prisoner Of The Black Sea

[FR] Afin d’étoffer quelque peu ma critique j’ai du consulter d’autres critiques disponibles sur le site du label. Il en ressort les infos essentielles suivantes : Valley Lord est un one man band venu de Géorgie basé sur des contes et mythes du bassin de la Mer Noire. L’artiste se prénomme Vaso Doiashvili. Notons cependant de manière sporadique quelques voix féminines.

J’avais beaucoup aimé l’album de Groves In Mist – Mood Diary (review à venir ?) et de ce fait je suis tombé sur le site du label qui distribuait le produit : Haarbn Production. Haarbn est un label russe et a une petite liste d’albums disponibles tous plus obscurs les uns que les autres et dans des genres étranges et variés. J’ai donc pris soin d’essayer de tester tous les albums possibles. Déjà rien que pour les trouver, ça a été d’une complexité folle. Je dois confesser que je ne suis pas un grand amoureux de black metal aussi me suis-je surtout limité aux registres ambient et assimilés. Cette recherche remonte cependant à de nombreuses années mais un album avait laaaaaaaaaaargement surclassé les autres : Prisoner of the black sea par Valley Lord.
Putain mais quel pied j’ai pu prendre à l’écoute de cet album et quel pied je continue de prendre à chaque fois que je l’écoute.
Côté musique, d’après mes oreilles et mes recherches, une majorité se joue au piano sous diverses tonalités : l’orgue, le classique et probablement d’autres que je ne saurais déceler.
Côté genres on peut aisément citer tout cela : ambient, dark ambient, ésotérique, oriental, des pointes de martial, viking, pagan.
Une atmosphère de fou furieux ressort à l’écoute de cet album qui est un véritable chef d’oeuvre.
On a l’impression de traverser les terres froides du nord-est européen, de voguer sur les eaux, d’être sur un champ de bataille. La voix du chanteur est juste méga bad ass.

Fermez vos yeux, montez dans une barque sur un lac ou une mer calme au brouillard très présent et laissez-vous envoûter. Si jamais les producteurs de la série Vikings ou de feu-Siberia (putain qu’elle était sympa cette série) regardent ce post, n’hésitez pas à vous inspirer de ce brave monsieur pour vos futures bandes originales.

Le seul regret est la faible durée de l’album.

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

[EN] To enrich a little my review I had to consult others available on the site of the label. It emerges the following essential information: Valley Lord is an one man band from Georgia based on tales and myths of the Black Sea basin. The artist is named Vaso Doiashvili. Let us note however in a sporadic way some feminine voices.

I had liked a lot Groves In Mist’s album – Mood Diary (review to come?) and of this fact I found the site of the label which distributed the product: Haarbn Production. Haarbn is a Russian label and has a small list of available albums of strange and varied genres. I thus took care of trying to test all the possible albums. Finding them was of a crazy complexity. I have to confess that I am not a big lover of black metal also I especially limited myself to ambient and assimilated. This research goes back however to the numerous years but an album had outclassed laaaaaaaaaaaargely the others: Prisoner of the black sea by Valley Lord.
Fuck how I love this album everytime I listen to it.
Concerning music, according to my ears and my researches, a majority takes place in the piano under diverse tones: the organ, the classic and probably others.
Concerning genres we can easily quote all this: Viking, pagan, ambient, dark ambient, esoteric, oriental, pieces of martial.
A crazy atmosphere stands out listening to this album which is a real masterpiece.

We have the impression to cross the cold lands of the North-East Europe, to navigate on waters, to be on a battlefield. The voice of the singer is just mega bad ass.

Close your eyes, rise in a boat on a lake or a calm sea to the very present fog and be allowed bewitch. If ever the producers of the series Vikings or Siberia (so sadly cancelled after one season) look at this comment, do not hesitate to be inspired by this nice sir for your future soundtracks.

Only one regret: the short length of the album

Guillaume Ghrenassia aka The World Of Twinsen

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

https://www.facebook.com/Haarbn

http://haarbn.com/

full

[FR] Wesh !

Au menu du jour : Danger, artiste électro français qui a toujours des noms d’albums et de pistes musicales à la con. Bien que particulièrement mauvais en idées de noms de chansons il compense TRES largement avec ses productions.

Avant de juger sa production artistique, attardons-nous quelques secondes sur la pochette de l’album qui reflète ma foi particulièrement bien l’ambiance de l’album. Ce masque à l’allure post-apocalyptique et légèrement cassé avec ses yeux blancs vitreux nous fait dire que vous allez collapser comme des bâtards c’est moi qui vous le dis. J’interprète le feuillage autour comme un désir de sortir des ténèbres. Oui ici les ténèbres sont forestières.

Bon voilà maintenant que je vous ai décrit la pochette, attaquons le gros du morceau. Ouais d’ailleurs, Mr Danger, j’aurais aimé qu’il soit gros ce morceau putain de merde. 18 minutes ça fait chier, on n’a pas le temps de rentrer dans le truc qu’on en ressort déjà. Ouais ouais je sais c’est un EP blablabla, bah c’est con.

Comme me l’a fait si bien remarquer un ami, cet EP pourrait très largement être la bande originale d’un projet de science-fiction / post-apocalyptique. Et le post-apo c’est le bien. Dans la vie y a le houmous puis la bière puis le post apocalyptique.

Je pense que pour pleinement apprécier cet album, il y a des conditions particulières d’écoute qui sont requises :
– Un système son vraiment gros et qui envoie du lourd
– Etre sous influence de l’alcool ou de substances moins légales (attention c’est dangereux pour la santé)
– Etre dans le noir ou un lieu peu éclairé mais avec des stroboscopes et autres jeux de lumières.

– > En gros il faut être dans un club entouré de dizaines d’autres mélomanes.

Tout ceci s’explique par le fait que c’est une musique très deep, sombre, rythmée, émotionnellement prenante. Au cours de l’écoute on voit le monde s’écrouler autour de nous, c’est majestueux.

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

[EN] Yo!

On today’s menu: danger, French electro artist who always has lame names of albums and tracks. Although particularly bad in naming songs he compensates VERY largely with his productions.

Before judging his artistic production, let us linger a few seconds over the coever of the album which reflects to me particularly good well the atmosphere of the album. This post-apocalyptic look mask and slightly broken with void eyes makes us say that you’re going to collapse a lot, it is me who tell it to you. I interpret the foliage all around as a desire to goint out of darkness. Yes here the darkness is forest.

Well now that I described you the cover, let us attack the main part of the piece. 18 minutes, it’s short, we do not have time to go into it that we already go out again from it. Yeah yeah I know it is an EP blah blah blah, well it sucks.

As so well pointed out it to me a friend, this EP could very widely be the soundtrack of a project of science fiction / post-apocalyptic. And  post-apo is good shit. In life there’s hummus then beer then post-apocalyptic.

I think that to appreciate completely this album, there are particular conditions of listening which are required:
– A really huge sound system
– To be under the influence of alcohol or less legal substances (attention it is dangerous)
– Be in the dark or a little lit place but with stroboscopes and other lighting effects.

– > Yeah that describes a club surrounded with tens of other music lovers.

All this is explained by the fact that it is a music very deep, dark, rhythmical, emotionally fascinating. During the listening we see the world collapsing around us, it is majestic.

Guillaume Ghrenassia aka Twinsen

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

Listen to the EP here : http://www.allinelectro.com/danger-july-2013-ep/

http://www.2emedanger.com/

https://www.youtube.com/user/2emedangerVEVO/about

https://twitter.com/2emedanger

https://www.facebook.com/2emeDanger

https://soundcloud.com/2emedanger

 

Utopia OST signed by Cristobal Tapia De Veer

My copy of the OST signed by Cristobal with the famous question: « Where is Jessyca Hyde? »

[FR] Yo, bitches!

Cher Channel 4 : je t’aime et si tu veux m’envoyer un DVD ou des stickers / goodies d’Utopia je t’aimerai encore plus.

Je vais direct vous dire que je ne serai absolument pas objectif sur cette chronique mais je m’en branle. Je suis amoureux de la série Utopia lancée en 2013 sur la chaîne britannique Channel 4. Décrire cette série est impossible tant elle est complexe et puissante. Ce qu’il vous faut retenir : c’est une série noire, sombre, pleine de rebondissements. Mais surtout pour moi cette série est un chef d’oeuvre et a atteint le top 3 de toutes les séries que j’ai pu regarder. Je vous laisse voir ici la quantité astronomique de séries que j’ai pu voir : http://www.betaseries.com/membre/Twinsen/series (n’hésitez pas à m’ajouter en ami).

« Where is Jessyca Hyde? »

Cette série est un chef d’oeuvre car elle a su me faire me questionner intérieurement en me mettant à la place des protagonistes et en me disant « effectivement j’aurais fait comme lui » ou bien « ah non j’aurais pas du tout fait comme ça ». Mais l’un comme l’autre on se pose des questions qui touchent à des problèmes de société réels bien qu’appuyé par certains points d’irréalité. Habituellement peu enclin aux séries britanniques (j’aime pas l’accent), je dois dire que j’ai outrepassé ce blocage et pris une des plus grosses claques de ma vie. Donc pour l’instant je n’ai fait que vous parler (sans vous en parler) de l’aspect scénaristique.

Mais là où Utopia frappe fort c’est également de par la qualité de sa caméra qui nous propose une image avec une patte bien à elle et un grain extrêmement propre !

Mais si je parle d’Utopia ici c’est bien évidemment pour sa bande originale qui est un élément parfaitement ancré à la série. Dès le générique on se prend un blast dans la tronche et tout au long des 6 épisodes on retrouve une ambiance comme jamais auparavant. Après avoir visionné pour la première fois l’intégralité de la série j’ai dit et assumé les propos suivants : « cette série est l’héritière de Breaking Bad ». Breaking Bad qui est une série à voir absolument, parfaite de boût en boût, sans accrocs, réglée à la perfection, immanquable, culte.

Le problème de cette OST que Cristobal nous a réalisée est qu’elle est extrêmement complexe à décrire. 28 titres sont présents où l’ambiance générale est l’industriel et une sorte de « suspense ambiant », c’est pas un terme qui existe vraiment mais faut dire que sa musique est particulièrement inédite et rare surtout pour la télévision.

« WHERE THE FUCK IS JESSYCA HYDE? »

Nous sommes envoûtés par ces sonorités et particulièrement les voix employées à certains moments. Beaucoup de musiques lentes / à suspense composent cet album  mais nous sommes aussi en présence de sonorités très rythmées comme l’on retrouve au générique de la série.

Peut-on apprécier l’OST sans avoir vu la série ? Je pense que oui mais la magie est beaucoup moindre.

Mes passages préférés sont ceux intégrants des voix en fond qui parlent ou les choeurs qui sont vraiment très beaux (mais je ne saurais affirmer que ce sont effectivement des choeurs). Les passages que je qualifierais de groovy sont bien cools également. L’album en lui-même ne veut pas dire grand chose, le génie réside dans une seule chose : la symbiose parfaite entre la musique et l’oeuvre cinématographique.

Putain vous avez toujours pas compris ? Bon je vous le mets en image ! Et je vous glisse ici le fait que je veux très fort ce badge si quelqu’un veut me l’offrir je lui envoie plein de ♥ ♥ ♥  !

Guillaume Ghrenassia aka Twinsen

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

[EN] Yo, bitches!

Dear Channel 4: I love you and if you want to send me a DVD or stickers / goodies of Utopia I shall love you even more.

I’m gonna tell you right now that I shall not be absolutely objective on this review but I don’t give a damn. I am in love with the series Utopia launched in 2013 on the British Channel 4. To describe this series is impossible as it is so much complex and powerful. What is necessary for you to know: it is a black, dark series, full of new developments. But especially for me this series is a masterpiece and reached my top 3 of all the series I’ve ever watched. I let you see here the astronomical quantity of series I watched: http://www.betaseries.com/membre/Twinsen/series (do not hesitate to add to me as a friend).

« Where is Jessyca Hyde? »

This series is a masterpiece because it knew how to make me question myself inside by putting me instead of the protagonists and by telling me « actually I would have made as him » or « ah no I would have made not at all like that ». But one or another, we ask ourselves questions which touch real social problems although supported by certain points of irreality. Usually little inclined to the British series (I don’t like the accent), I have to say that I exceeded this blocking and took one of the biggest wow of my life. Thus at the moment I was only speaking to you (without speaking to each other about it) about the plot aspect.

But where Utopia hits hard it is also due to the quality of its camera which offers us an image with a spotlessly clean bead!

But if I speak about Utopia here it is naturally for its soundtrack which is an element perfectly anchored in the series. From the intro we take a blast in the face and throughout 6 episodes we find an atmosphere as never previously. After viewing the first time the entire series I said and assumed the following words: « this series is the heiress of Breaking Bad ». Breaking Bad which is a series to be absolutely seen, inevitable, cult.

The problem of this OST which Cristobal realized is that it is extremely complex to describe. 28 titles are present where the general atmosphere is the industrialist and a kind of « suspense ambient », it is no term which really exists but needs to say that his music is particularly new and rare especially for the television.

« WHERE THE FUCK IS JESSYCA HYDE? »

We are bewitched by these tones and particularly the voices used at times. Many slow musics / in suspense compose this album but we are also in the presence of tones very rhythmical as we find in the intro of the series.

Can we appreciate the OST without having seen the series? I think so but the magic is much lesser.

My favorite passages are the ones with voices in the back which speak or the choirs which are really very beautiful (but I would not know how to certify that they are actually choirs). The passages which I would qualify of groovy are very cool also. The album itself does not mean much, the genius lies in a single thing: the perfect symbiosis between the music and the video.

Didn’t you understand yet? Well I put it to you in image! And I slide you here the fact that I want very hardly this badge if somebody wants to offer it to me I send him or her some big ♥ ♥ ♥ !

Guillaume Ghrenassia aka Twinsen

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

Buy the CD or digital files: http://silvascreenmusic.greedbag.com/buy/utopia-original-television-sound-0/

Soundcloud of Cristobal: https://soundcloud.com/cristobal-tapia-de-veer

Twitter of Cristobal: https://twitter.com/CristobalMusic

Twitter of Free Run Artists: https://twitter.com/FreeRunArtists

Free Run Artists: http://freerunartists.com/showreel

About Utopia on Channel 4: http://www.channel4.com/programmes/utopia

[FR]Il y a quelques jours j’étais en séjour à Paris pour diverses raisons et logé chez un ami. Ce dernier faisait la couverture médiatique de Futur en Seine, un événement qui m’était complètement inconnu et compte tenu de mon emploi du temps chargé je n’y ai guère prêté une grande attention. Cependant, je me suis retrouvé là-bas de manière inattendue. Une fois atterri dans une conférence, je regrettais amèrement de ne pas être venu plus tôt et de devoir repartir pas longtemps après. C’était fort intéressant donc. Mais outre les conférences, le site de la Gaité Lyrique accueillait plusieurs pôles de start-ups. Naviguant en terre inconnue, je jette un oeil à droite, à gauche et tombe sur le stand de Blitzr. J’y rencontre son fondateur : Bertrand Sebenne (en tout cas c’est ce que dit la carte de visite qu’il m’a tendu).

J’invite donc ce monsieur à me parler du produit qu’il présente sur le salon.

En gros, Blitzr est une alternative magnifique à Deezer ou Spotify au fonctionnement extrêmement simpliste. Le site est parti d’un constat simple : il y a toutes les musiques ou presque du monde sur Youtube mais l’outil de recherche de celui-ci est quand même bien à chier. Autre constat : Deezer casse les couilles avec ses pubs et Spotify nécessite de payer. Que fait alors Blitzr pour nous faire adorer son service ?

Blitzr c’est la centralisation de tous ces sites (à vérifier, erreurs possibles) : Discogs, Rate Your Music, Wikipedia, Soundcloud, Bandcamp (Ces deux derniers ne sont pas encore actifs il me semble) et probablement d’autres que j’oublie mais peu importe. Ce qui importe est ce qui ressort de tout cela.

Blitzr vous propose de rechercher l’artiste ou l’album de votre choix. Une fois l’album sélectionné et lancé, il va en fait chercher les musiques sur Youtube dans leur master le plus proche de l’original : donc pas de cover, pas de live, que du CD-RIP en gros. Que cherche l’internaute quand il décide d’écouter un album sur Youtube ? Ecouter de la musique. Du coup la partie vidéo il s’en fiche complètement, voilà pourquoi sur l’interface proposée, la vidéo est ridiculeusement petite mais on s’en fout parce que la musique tourne et c’est tout ce qui compte.

Quand vous allez rechercher un album sur le site, le site va utiliser l’outil de Discogs pour afficher la liste des tracks et leur durée. Quand vous allez rechercher un artiste il va vous proposer des tags de genre et des bios issues à la fois de Discogs et Wikipedia et plein de features cools que je vous laisse découvrir.

Un outil des événements à venir de l’artiste sélectionné est également disponible.

Autre fonction disponible sur Blitzr : lorsque vous cherchez un album, il vous affiche des liens de boutiques Amazon, Ebay (Discogs ?) pour vous permettre d’acheter ce qui vous plait.

Vous pouvez enregistrer les playlists de votre choix, pas mal pratique ça aussi.

L’application au quotidien dans tout ça elle est où ? L’exemple le plus frappant et que j’ai vécu de nombreuses fois c’est le suivant :

Vous êtes invité chez un ami / une soirée… un ordinateur est à disposition et vous êtes libre de lancer la musique de votre choix via l’internet. Seulement que se passe-t-il en général ?

1. On va sur Deezer mais on n’a pas de compte du coup ça sert à rien.
2. On va sur Spotify mais on n’a pas de compte du coup ça sert à rien.
3. On va sur Youtube mais faut changer de musique à CHAQUE FOIS et il n’y a pas la possiblité d’écouter proprement un album. Ceci n’est évidemment pas valable si vous écoutez MES playlists qui vous proposent les lectures de tous les albums que j’ai uploadés comme il faut. #3615MaPub #SubscribeToMyChannel

Bref, on passe son temps à faire des aller et retours vers la machine sans pouvoir discuter ou draguer (draguer en moins de 3 minutes c’est pas facile, merde) si on veut pouvoir lancer tout un album.

Alors qu’avec Blitzr, vous allez sur le site sans aucune inscription nécessaire, sans aucune publicité présente, sans aucun paiement attendu et vous lancez votre album en 30 secondes. Ce qui vous laisse le temps de la playlist pour conclure. En plus y a un autoreplay (mais ça je reviendrai sur les quelques caractéristiques négatives au site mais qui sont davantage des améliorations conseillées que des vrais points négatifs).

Une question qu’on m’a posée quand j’ai parlé de ce site est « est-ce que les pubs Youtube sont présentes ? » Bonne question, comme j’ai AdBlock je sais pas. Mais faut tester et puis j’espère / je pense que Blitzr viendra apporter les réponses et corrections nécessaires à mon article dans les commentaires ci-dessous.

Bon je pense que j’ai fait le tour de ce que j’avais à dire, reste maintenant à parler des points à améliorer et du business model.

Pour se financer, le site compte sur deux choses : en partenariat avec Amazon, Ebay… il va toucher un pourcentage des ventes effectuées depuis les liens des achats d’albums. Prévu par la suite, un onglet billetterie où là aussi une part sera récupérée par le site.

Autre source de financement, bien connue du monde de l’internet : la collecte de données. Evidemment, me direz-vous. Collectant nos données de navigation, d’écoute etc etc (j’en sais pas trop sur ce point là), le site pourra proposer une API pour revendre tout cela.

Voilà les enfants comment on fait un site gratos et sans pub.

Concernant mes suggestions d’améliorations : à l’image de Bandcamp que je déteste pour UNE CHOSE : l’absence de bouton de réglage de volume.

L’autoreplay non désactivable. J’aime pas les trucs qui tournent en automatique sur l’internet.

Par contre il est plaisant de pouvoir continuer de naviguer sans avoir la musique qui se coupe.

J’ai probablement ommis des éléments mais le mieux cela reste que vous testiez l’outil et que vous vous y familiarisez et surtout faites tourner le message.

Quand je parle de recherche d’artistes ou d’albums, l’outil propose aussi la recherche par labels et par chansons.

Cher Blitzr, comme tu l’auras lu dans le titre de l’article et comme discuté durant Futur en Seine, en mars 2015, alors que j’aurai fini ma 3 ème année de communication dont la 3ème en spécialité RP et événementiel, si jamais ça te chauffe je postule pour le poste de stagiaire RP. De plus comme je suis toulousain et vous bordelais c’est plutôt très cool (même si vos bâtiments n’ont pas de brique rose).

http://blitzr.com/

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

[EN] A few days ago, I was in Paris for various reasons and stayed at a friend’s. Hedid some of the media coverage of Futur en Seine, an event that was completely unknown to me and considering my busy schedule I did not pay much attention to it. However, I found myself there unexpectedly. Once landed in a lecture I regretted not having come earlier and having to leave not long after. It was very interesting. But besides conferences, the site of the Gaité Lyrique hosted several poles of start-ups. Sailing into the unknown, I take a look to the right, left and falls to the stand of Blitzr. I met its founder Bertrand Sebenne (at least that’s what the card he handed me says).

I invite this gentleman to tell me about the product he has on the show.

Basically, Blitzr is a wonderful alternative to Spotify or Deezer to extremely simplistic operation. The website has gone from a simple observation: there’s almost all the music of the world on Youtube but the search tool is shit. Another observation: Deezer fucks us with its ads and Spotify requires to pay. So what does Blitzr to make us love such a service?

Blitzr is the centralization of all these sites (to check, possible errors): Discogs, Rate Your Music, Wikipedia, Soundcloud, Bandcamp (The latter two are still active I think) and probably others that I forget but whatever. What matters is what comes out of it all.

Blitzr offers search for the artist or album of your choice. Once the album is selected and started, it will actually get the music on Youtube closer to the original: so no cover, no live. What seeks the user when he decides to listen to music on Youtube? Listening to music. That’s why in the proposed interface, the video is ridiculously small, but who cares because the music turns and that’s all that matters.

When you search for an album on the site, the site will use the Discogs tool to make appear the list of tracks and their duration. When you search for an artist it will provide you with tags, genres and bios from both Discogs and Wikipedia and lots of cool features that I let you discover.

A tool for upcoming events for the selected artist is also available.

Also available on Blitzr: when looking for an album, it shows you links to Amazon, Ebay (Discogs?) Shops for you to buy what you like.

You can save playlists, quite practical too.

The daily application in all of this is where? The most striking and I have experienced many times is the following example:

You are invited at a friend’s / to a party… a computer is available and you are free to start the music of your choice via the internet. Only what’s happening in general?

1. Deezer but we don’t have any account so it’s useless.
2. Spotify : same problem
3. We go on Youtube but we have to change music EVERY TIME and there is not the possibility to listen to a proper album. This is obviously not valid if you listen to MY playlists who offer readings of all the albums I’ve uploaded it right. #SubscribeToMyChannel

In short, we spend our time doing go and back to the machine without being able to chat or flirt (flirting in less than 3 minutes is not easy) if we want to run an entire album.

Whereas with Blitzr you go to the website without any registration necessary, without any advertisement and without any expected payment and you launch your album in 30 seconds. This leaves you time to enter the playlist. In addition there is an autoreplay (but that I shall return to the few negative characteristics of the website but more improvements are recommended as true negatives).

A question I was asked when I spoke of this site is « Are the Youtube ads present? » Good question, as I have AdBlock I do not know. But test it and I hope / think I Blitzr will provide answers and corrections to my article in the comments below.

Well I think I’ve been around what I had to say, it remains to talk about areas for improvement and the business model.

To finance, the website relies on two things: partnership with Amazon, Ebay … it will receive a percentage of sales from links of album purchases. Coming soon a ticket tab where there also will be a part taken by the site.

Another source of funding, well known in the world of internet: data collect. Obviously, you might say. Collecting our data navigation, listening etc etc (I don’t know a lot about this), the website will provide an API to sell it.

This is how you make a free and add free website.

About my suggestions for improvement: Such as Bandcamp that I hate for ONE THING: no volume button.

The autoreplay can’t be deactivated. I do not like stuff that automatically turns on on the internet.
On the other hand he(it) is pleasant to be able to continue to navigate without having the music which cuts itself.

I ommis probably elements but best it stay that you test the tool and that you get acquainted and especially share the message.

When I speak about search for artists or for albums, the tool also proposes the search by labels and by songs.

Dear Blitzr, as you will have read it in the title of the article and as discussed during Futur en Seine, in March, 2015, while I shall have finished my 3rd year of communication of which the 3rd in speciality PR and event management. I apply for the intern’s post as PR. Furthermore as I am from Toulouse and you’re from Bordeaux it is rather very cool (even if your buildings have no pink bricks).

http://blitzr.com/

Guillaume Ghrenassia aka Twinsen (you can contact me on Twitter : @worldoftwinsen)

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

IMG_0313 IMG_0221 IMG_0222 IMG_0223 IMG_0225