Articles Tagués ‘1 day 1 quick review’

(2007) Daemonia Nymphe - Krataia Asterope

[FR] Je suis étonné de n’avoir jamais parlé de ce groupe absolument époustouflant depuis l’existence de ce blog. Il  est vrai que j’ai freiné le rythme de mes publications mais Daemonia Nymphe, c’est incroyable que j’ai manqué de vous en parler.

Daemonia Nymphe est une formation grecque et qui vit actuellement à Londres. Ils sont sur un créneau doublement rare : l’ésotérique et la musique ancienne. Grecque ancienne pour être plus exact. Et ils ne font pas juste usage de mélodies des temps anciens, non non. Ils utilisent des vrais instruments reproduits de la Grèce antique.

Daemonia Nymphe est envoutant, hypnotisant. On n’est plus du tout les pieds sur terre et nous voguons à mille lieues de là où nous nous trouvons à l’écoute de cet album. Je ne vous mens pas quand je dis que j’ai dû écouter cet album au moins 250 fois et je ne serais pas étonné que ce soit le double. Tout est absolument parfait dans cet album.

La partie instrumentale comme indiqué ci-dessus est complètement ésotérique, ritualistique et le duo vocal masculin féminin qui accompagne cette dernière renforce ce sentiment. La dame a une voix douce et l’homme a ce genre de voix masculines qui me plaisent : bien graves et profondes comme on peut le retrouver chez Syven avec Andy Koski-Semmens.

Empruntant également au tribal, cet album n’est pas une messe noire mais une messe musicale.

Notons que toutes les chansons ne se veulent pas sombres, certaines sont même particulièrement illumineuses voire porteuses d’un message d’espoir musical.

PUTAIN J’AIME CE GROUPE ! ♥

L’écoute est magnifique mais surtout le visuel l’est encore plus. En effet lors de leurs prestations scéniques, Daemonia Nymphe sont vêtus de costumes, de masques et sont tous plus beaux les uns que les autres. Mention spéciale évidemment aux dames du lot. Je ne me base malheureusement que sur les photos et vidéos de leurs clips et concerts car je n’ai jamais eu l’occasion de les voir en concert. C’est à ce titre que je les ai contacté pour récupérer leur rider et tenter de démarcher des promoteurs susceptibles de les accueillir. Si jamais vous souhaitez les faire venir en France, n’hésitez pas une seule seconde à prendre contact avec moi ou avec le groupe directement, c’est une action que je relaierai largement par la suite en tout cas soyez en sûrs.

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

[EN] I am surprised that I never talked about this group absolutely breathtaking since the existence of this blog. It is true that I have slowed down the pace of my publications but Daemonia Nymph, it’s amazing that I’ve been waiting that long to tell you about them.

Daemonia Nymph is a Greek band and which currently lives in London. They are on a doubly unusual niche: the esoteric and ancient music. Ancient Greek to be exact. And they do not just use old melodies, no no. They use real instruments played in Ancient Greece.

Daemonia Nymph is captivating, mesmerizing. It is not at all grounded and we sail a thousand miles from where we are listening to this album. I kid you not when I say that I have listened to this album at least 250 times and I would not be surprised either double. Everything is absolutely perfect in this album.

The instrumental part as described above is completely esoteric, ritualistic and the male and female vocal duo that accompanies it reinforces that feeling. The lady has a sweet voice and the man has that kind of male voices that appeal to me very serious and deep as one can find in Syven with Andy Koski-Semmens.

Also borrowing from the tribal, this album is not a black mass but a musical mass.

Note that all the songs do not want to dark, some are particularly illumineuses or convey a message of hope musical.

FUCK I LOVE THIS GROUP! ♥

Listening is great but especially the visual is stunning. Indeed, during their live performances, Daemonia Nymph are dressed in costumes, masks and are beautiful. Special mention of course to the ladies of the lot. Unfortunately, I base myself on photos and videos of their lives and concerts because I’ve never had the opportunity to see them live. It is for this reason that I have contacted them to get their rider and try to solicit promoters to receive them. If you ever want to bring them to France, do not hesitate one second to contact me ot the group, it is an action that I’ll share widely thereafter.

Guillaume Ghrenassia aka The World Of Twinsen

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

full

[FR] Wesh !

Au menu du jour : Danger, artiste électro français qui a toujours des noms d’albums et de pistes musicales à la con. Bien que particulièrement mauvais en idées de noms de chansons il compense TRES largement avec ses productions.

Avant de juger sa production artistique, attardons-nous quelques secondes sur la pochette de l’album qui reflète ma foi particulièrement bien l’ambiance de l’album. Ce masque à l’allure post-apocalyptique et légèrement cassé avec ses yeux blancs vitreux nous fait dire que vous allez collapser comme des bâtards c’est moi qui vous le dis. J’interprète le feuillage autour comme un désir de sortir des ténèbres. Oui ici les ténèbres sont forestières.

Bon voilà maintenant que je vous ai décrit la pochette, attaquons le gros du morceau. Ouais d’ailleurs, Mr Danger, j’aurais aimé qu’il soit gros ce morceau putain de merde. 18 minutes ça fait chier, on n’a pas le temps de rentrer dans le truc qu’on en ressort déjà. Ouais ouais je sais c’est un EP blablabla, bah c’est con.

Comme me l’a fait si bien remarquer un ami, cet EP pourrait très largement être la bande originale d’un projet de science-fiction / post-apocalyptique. Et le post-apo c’est le bien. Dans la vie y a le houmous puis la bière puis le post apocalyptique.

Je pense que pour pleinement apprécier cet album, il y a des conditions particulières d’écoute qui sont requises :
– Un système son vraiment gros et qui envoie du lourd
– Etre sous influence de l’alcool ou de substances moins légales (attention c’est dangereux pour la santé)
– Etre dans le noir ou un lieu peu éclairé mais avec des stroboscopes et autres jeux de lumières.

– > En gros il faut être dans un club entouré de dizaines d’autres mélomanes.

Tout ceci s’explique par le fait que c’est une musique très deep, sombre, rythmée, émotionnellement prenante. Au cours de l’écoute on voit le monde s’écrouler autour de nous, c’est majestueux.

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

[EN] Yo!

On today’s menu: danger, French electro artist who always has lame names of albums and tracks. Although particularly bad in naming songs he compensates VERY largely with his productions.

Before judging his artistic production, let us linger a few seconds over the coever of the album which reflects to me particularly good well the atmosphere of the album. This post-apocalyptic look mask and slightly broken with void eyes makes us say that you’re going to collapse a lot, it is me who tell it to you. I interpret the foliage all around as a desire to goint out of darkness. Yes here the darkness is forest.

Well now that I described you the cover, let us attack the main part of the piece. 18 minutes, it’s short, we do not have time to go into it that we already go out again from it. Yeah yeah I know it is an EP blah blah blah, well it sucks.

As so well pointed out it to me a friend, this EP could very widely be the soundtrack of a project of science fiction / post-apocalyptic. And  post-apo is good shit. In life there’s hummus then beer then post-apocalyptic.

I think that to appreciate completely this album, there are particular conditions of listening which are required:
– A really huge sound system
– To be under the influence of alcohol or less legal substances (attention it is dangerous)
– Be in the dark or a little lit place but with stroboscopes and other lighting effects.

– > Yeah that describes a club surrounded with tens of other music lovers.

All this is explained by the fact that it is a music very deep, dark, rhythmical, emotionally fascinating. During the listening we see the world collapsing around us, it is majestic.

Guillaume Ghrenassia aka Twinsen

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

Listen to the EP here : http://www.allinelectro.com/danger-july-2013-ep/

http://www.2emedanger.com/

https://www.youtube.com/user/2emedangerVEVO/about

https://twitter.com/2emedanger

https://www.facebook.com/2emeDanger

https://soundcloud.com/2emedanger

 

Utopia OST signed by Cristobal Tapia De Veer

My copy of the OST signed by Cristobal with the famous question: « Where is Jessyca Hyde? »

[FR] Yo, bitches!

Cher Channel 4 : je t’aime et si tu veux m’envoyer un DVD ou des stickers / goodies d’Utopia je t’aimerai encore plus.

Je vais direct vous dire que je ne serai absolument pas objectif sur cette chronique mais je m’en branle. Je suis amoureux de la série Utopia lancée en 2013 sur la chaîne britannique Channel 4. Décrire cette série est impossible tant elle est complexe et puissante. Ce qu’il vous faut retenir : c’est une série noire, sombre, pleine de rebondissements. Mais surtout pour moi cette série est un chef d’oeuvre et a atteint le top 3 de toutes les séries que j’ai pu regarder. Je vous laisse voir ici la quantité astronomique de séries que j’ai pu voir : http://www.betaseries.com/membre/Twinsen/series (n’hésitez pas à m’ajouter en ami).

« Where is Jessyca Hyde? »

Cette série est un chef d’oeuvre car elle a su me faire me questionner intérieurement en me mettant à la place des protagonistes et en me disant « effectivement j’aurais fait comme lui » ou bien « ah non j’aurais pas du tout fait comme ça ». Mais l’un comme l’autre on se pose des questions qui touchent à des problèmes de société réels bien qu’appuyé par certains points d’irréalité. Habituellement peu enclin aux séries britanniques (j’aime pas l’accent), je dois dire que j’ai outrepassé ce blocage et pris une des plus grosses claques de ma vie. Donc pour l’instant je n’ai fait que vous parler (sans vous en parler) de l’aspect scénaristique.

Mais là où Utopia frappe fort c’est également de par la qualité de sa caméra qui nous propose une image avec une patte bien à elle et un grain extrêmement propre !

Mais si je parle d’Utopia ici c’est bien évidemment pour sa bande originale qui est un élément parfaitement ancré à la série. Dès le générique on se prend un blast dans la tronche et tout au long des 6 épisodes on retrouve une ambiance comme jamais auparavant. Après avoir visionné pour la première fois l’intégralité de la série j’ai dit et assumé les propos suivants : « cette série est l’héritière de Breaking Bad ». Breaking Bad qui est une série à voir absolument, parfaite de boût en boût, sans accrocs, réglée à la perfection, immanquable, culte.

Le problème de cette OST que Cristobal nous a réalisée est qu’elle est extrêmement complexe à décrire. 28 titres sont présents où l’ambiance générale est l’industriel et une sorte de « suspense ambiant », c’est pas un terme qui existe vraiment mais faut dire que sa musique est particulièrement inédite et rare surtout pour la télévision.

« WHERE THE FUCK IS JESSYCA HYDE? »

Nous sommes envoûtés par ces sonorités et particulièrement les voix employées à certains moments. Beaucoup de musiques lentes / à suspense composent cet album  mais nous sommes aussi en présence de sonorités très rythmées comme l’on retrouve au générique de la série.

Peut-on apprécier l’OST sans avoir vu la série ? Je pense que oui mais la magie est beaucoup moindre.

Mes passages préférés sont ceux intégrants des voix en fond qui parlent ou les choeurs qui sont vraiment très beaux (mais je ne saurais affirmer que ce sont effectivement des choeurs). Les passages que je qualifierais de groovy sont bien cools également. L’album en lui-même ne veut pas dire grand chose, le génie réside dans une seule chose : la symbiose parfaite entre la musique et l’oeuvre cinématographique.

Putain vous avez toujours pas compris ? Bon je vous le mets en image ! Et je vous glisse ici le fait que je veux très fort ce badge si quelqu’un veut me l’offrir je lui envoie plein de ♥ ♥ ♥  !

Guillaume Ghrenassia aka Twinsen

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

[EN] Yo, bitches!

Dear Channel 4: I love you and if you want to send me a DVD or stickers / goodies of Utopia I shall love you even more.

I’m gonna tell you right now that I shall not be absolutely objective on this review but I don’t give a damn. I am in love with the series Utopia launched in 2013 on the British Channel 4. To describe this series is impossible as it is so much complex and powerful. What is necessary for you to know: it is a black, dark series, full of new developments. But especially for me this series is a masterpiece and reached my top 3 of all the series I’ve ever watched. I let you see here the astronomical quantity of series I watched: http://www.betaseries.com/membre/Twinsen/series (do not hesitate to add to me as a friend).

« Where is Jessyca Hyde? »

This series is a masterpiece because it knew how to make me question myself inside by putting me instead of the protagonists and by telling me « actually I would have made as him » or « ah no I would have made not at all like that ». But one or another, we ask ourselves questions which touch real social problems although supported by certain points of irreality. Usually little inclined to the British series (I don’t like the accent), I have to say that I exceeded this blocking and took one of the biggest wow of my life. Thus at the moment I was only speaking to you (without speaking to each other about it) about the plot aspect.

But where Utopia hits hard it is also due to the quality of its camera which offers us an image with a spotlessly clean bead!

But if I speak about Utopia here it is naturally for its soundtrack which is an element perfectly anchored in the series. From the intro we take a blast in the face and throughout 6 episodes we find an atmosphere as never previously. After viewing the first time the entire series I said and assumed the following words: « this series is the heiress of Breaking Bad ». Breaking Bad which is a series to be absolutely seen, inevitable, cult.

The problem of this OST which Cristobal realized is that it is extremely complex to describe. 28 titles are present where the general atmosphere is the industrialist and a kind of « suspense ambient », it is no term which really exists but needs to say that his music is particularly new and rare especially for the television.

« WHERE THE FUCK IS JESSYCA HYDE? »

We are bewitched by these tones and particularly the voices used at times. Many slow musics / in suspense compose this album but we are also in the presence of tones very rhythmical as we find in the intro of the series.

Can we appreciate the OST without having seen the series? I think so but the magic is much lesser.

My favorite passages are the ones with voices in the back which speak or the choirs which are really very beautiful (but I would not know how to certify that they are actually choirs). The passages which I would qualify of groovy are very cool also. The album itself does not mean much, the genius lies in a single thing: the perfect symbiosis between the music and the video.

Didn’t you understand yet? Well I put it to you in image! And I slide you here the fact that I want very hardly this badge if somebody wants to offer it to me I send him or her some big ♥ ♥ ♥ !

Guillaume Ghrenassia aka Twinsen

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

Buy the CD or digital files: http://silvascreenmusic.greedbag.com/buy/utopia-original-television-sound-0/

Soundcloud of Cristobal: https://soundcloud.com/cristobal-tapia-de-veer

Twitter of Cristobal: https://twitter.com/CristobalMusic

Twitter of Free Run Artists: https://twitter.com/FreeRunArtists

Free Run Artists: http://freerunartists.com/showreel

About Utopia on Channel 4: http://www.channel4.com/programmes/utopia

Ainulindalë - Nevrast CD Postcard (4) Ainulindalë - Nevrast CD Postcard (5) Ainulindalë - Nevrast CD Postcard (1)

[FR]Bonjour à tous et bienvenue dans cette chronique spéciale. Vous allez me dire, qu’a-t-elle de spéciale cette chronique ? Eh bien c’est la TOUTE PREMIERE FOIS que quelqu’un me contacte pour me faire don de son album en vue d’une chronique et ça croyez-moi ça me touche et me fait chaud au cœur. Cela me remonte le moral et me fait dire que je n’écris donc pas pour rien.
Donc Thomas, merci à toi pour ce cadeau. Qui plus est et vraiment en toute objectivité, le produit est vraiment magnifique. Il m’a contacté grâce à ma chronique sur Whom The Moon A Nightsong Sings où il apparaissait (et où je le redis encore, c’est une des meilleures compilations jamais entendues).
Si jamais un jour tu souhaites éditer un poster horizontal avec l’artwork de la pochette, crois-moi c’est une très bonne idée. Je ne sais pas si tout le monde aura la chance de le recevoir comme moi sous forme de carte postale mais en tout cas vraiment chapeau l’artiste.

Bon rentrons dans le vif du sujet désormais, la musique est pleinement neofolk / darkfolk. Indéniablement emplie de mélancolie, les amoureux du genre ne seront pas dépaysés. Côté instrumental, notre ami a mis le paquet avec les classique violons et guitares qui sont pour moi essentiels à une neofolk de qualité. On retrouve également une trompette passant par là et qui fait son petit effet. A l’image de Trollfest qui fait usage d’instruments peu communs dans le metal, le trombone dans la neofolk n’est également pas le premier instrument auquel je penserais mais qui marche super bien.

Il ne manque vraiment pas grand-chose à la voix du chanteur pour la rendre géniale. Je ne saurais pas vous décrire ce qui fait que c’est presque ce qu’il faut et je vous renvoie à mon article précédent sur Circé Deslandes qui parle un peu de ma relation avec les voix dans les créations musicales. De même la voix de la chanteuse est correcte mais pas magique. PAR CONTRE, une fois nos deux comparses réunis, symbiose il y a et notre l’étincelle refait son apparition. Les cœurs masculins sont vraiment super agréables et de qualité, mais je dois admettre que j’ai un faible pour ce genre de choses.

Cet album aurait largement sa place chez Prophecy Productions mais désormais Ainulindalë est indépendant.
Bonus : le CD est fourni avec un DVD permettant une écoute en 5.1 pour les plus chanceux d’entre vous qui auraient un système son digne de ce nom. Pour ma part j’ai deux pauvres enceintes toutes pourries. 😥

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

[EN]Hello everyone and welcome to this special feature. You’ll tell me , why is it special? Well this is the first time that someone contacts me to donate me his album to be reviewed and believe me it touches me a lot and warms my heart . It cheers me up and makes me say that I do not write for nothing. 🙂
So Thomas, thank you to you for this gift. Plus, the product is really beautiful.
He contacted me thanks to my words on Whom The Moon A Nightsong Sings where Ainulindalë appeared (and I say it again, this is one of the best compilations I ever heard).
If one day you would edit a horizontal poster with cover artwork, believe me it’ll be a very good idea. I don’t know if everyone will get the chance like me to get a postcard but in any case, I applause the artist who did the artwork.

Let’s now focus on what interest us the most, the music is full neofolk / darkfolk. Undeniably full of melancholy, lovers of the genre will not be disoriented. On the instrumental side, our friend put the package with classical violins and guitars that are essential to me to a quality neofolk. There is also a trumpet that does its small effect. Just like Trollfest that makes use of unusual instruments in metal music, trombone in the neofolk is also not the first instrument that I would think about but it works great.

It did not really miss much to the male singer’s voice to make it great. I could not describe to you why it’s almost great and I’d refer you to my previous article on Circe Deslandes (yeah I know it’s in French, sorry) which speaks a bit of my relationships with the voices in musical creations. Similarly, the voice of the female singer is good but not magical.
HOWEVER, once our two buddies sing together, symbiosis appears and our spark reappears.
Male choir is really nice and super quality, but I must admit I have a big appreciation for this kind of stuff.

This album could largely take place in Prophecy Productions, but Ainulindalë is now independent.

Bonus: The CD comes with a DVD to listen to the tunes in 5.1 for the luckiest of you who have a great sound system. As for me, I have two miserables speakers. :’(

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

www.ainulindale.fr

http://www.facebook.com/ainulindaleofficial

Twinsen aka Guillaume Ghrenassia

Nora KirkpatrickEdward-Sharpe-The-Magnetic-Zeros edward-sharpe-and-the-magnetic-zeros-photo1

[FR] Il faut bien reconnaitre que mes talents d’écriture ne sont pas fantastiques, aussi quand j’ai l’opprtunité de vous glisser une anecdote ou un contexte sur ma rencontre avec la musique critiquée, je ne me prive pas.

Permettez-moi donc de partager avec vous ma première « rencontre » avec ce groupe. Grand sérievore, j’ai un jour visionné la série « Greek ». Elle y joue le rôle d’une jeune fille réservée mais elle dégageait une aura qui me plaisait beaucoup. Plus tard je recroise cette même actrice dans deux autres séries : « Don’t Trust The Bitch In Apartment 23 » et « Breaking In ». Là encore, petit coup de foudre. Du coup je me suis dit que je vais la suivre sur les réseaux sociaux et découvre donc son compte Twitter : https://twitter.com/NoraKirkpatrick. C’est alors qu’environ un mois de cela, elle partage une vidéo de sa tournée européenne avec Edward Sharpe & The Magnetic Zeros. Ne connaissant absolument pas ce groupe et ne sachant pas qu’elle était artiste musicale, je m’essaie à cette vidéo et là gros coup de coeur. Je me trouve face à une musique fraîche, pop et pétillante. Je découvre qu’elle joue de l’accordéon qui est selon moi un instrument vraiment classe et peut apporter un très beau cachet à un groupe (exemple de Trollfest qui fait certes du métal mais qui propose quand même de l’accordéon dans ses chansons). Le plus important dans l’affaire reste la voix idéale du chanteur qui est pour moi un élément indispensable. Vous le savez sûrement peut-être à force de me lire mais je suis intransigeant sur les voix. Ca passe ou ça casse.

Incontestablement, on reconnait là les sonorités de la côte ouest des USA qui est si chère à mon coeur et un jour je foulerai ton sol, Californie. On se retrouve entre un Fleet Foxes et un Jefferson Airplane. Et c’est plaisant.

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

[EN]We must recognize that my writing skills are not great, so when I have the opprtunity to drag you an anecdote or a context for my meeting with the music criticized, I do it.Let me share with you my first « encounter » with this group. Huge serievore, I watched the « Greek » series. She played the role of a young reserved girl but she exuded an aura that I really liked. Later I recrossed the same actress in two other series : « Do not Trust The Bitch In Apartment 23 » and « Breaking In ». Again, small crush. So I decided to follow her on the social networks and thus discovers his Twitter account : https://twitter.com/NoraKirkpatrick. About one month ago , she shared a video of her European tour with Edward Sharpe & The Magnetic Zeros. Being completely unfamiliar with this group and not knowing she was a musical artist, I listened to this video and it’s a crush again . I was facing a fresh, pop, indie folk band. I discovered that she plays the accordion which I think is a really classy instrument and can bring a beautiful touch to a group (for example Trollfest certainly makes metal but still offers the accordion in their songs).The most important in the case remains the ideal singer’s voice which is for me an essential element. You probably know it now but I am uncompromising with voices. It’s make or break.
Unquestionably, there is a the west coast  sound which is so dear to my heart and one day I’ll walk on your ground, California. We find ourselves between Fleet Foxes and Jefferson Airplane. And it’s pleasing.

Twinsen aka Guillaume Ghrenassia

http://edwardsharpeandthemagneticzeros.com/

https://www.facebook.com/themagneticzeros