Articles Tagués ‘france’

Ainulindalë - Nevrast CD Postcard (4) Ainulindalë - Nevrast CD Postcard (5) Ainulindalë - Nevrast CD Postcard (1)

[FR]Bonjour à tous et bienvenue dans cette chronique spéciale. Vous allez me dire, qu’a-t-elle de spéciale cette chronique ? Eh bien c’est la TOUTE PREMIERE FOIS que quelqu’un me contacte pour me faire don de son album en vue d’une chronique et ça croyez-moi ça me touche et me fait chaud au cœur. Cela me remonte le moral et me fait dire que je n’écris donc pas pour rien.
Donc Thomas, merci à toi pour ce cadeau. Qui plus est et vraiment en toute objectivité, le produit est vraiment magnifique. Il m’a contacté grâce à ma chronique sur Whom The Moon A Nightsong Sings où il apparaissait (et où je le redis encore, c’est une des meilleures compilations jamais entendues).
Si jamais un jour tu souhaites éditer un poster horizontal avec l’artwork de la pochette, crois-moi c’est une très bonne idée. Je ne sais pas si tout le monde aura la chance de le recevoir comme moi sous forme de carte postale mais en tout cas vraiment chapeau l’artiste.

Bon rentrons dans le vif du sujet désormais, la musique est pleinement neofolk / darkfolk. Indéniablement emplie de mélancolie, les amoureux du genre ne seront pas dépaysés. Côté instrumental, notre ami a mis le paquet avec les classique violons et guitares qui sont pour moi essentiels à une neofolk de qualité. On retrouve également une trompette passant par là et qui fait son petit effet. A l’image de Trollfest qui fait usage d’instruments peu communs dans le metal, le trombone dans la neofolk n’est également pas le premier instrument auquel je penserais mais qui marche super bien.

Il ne manque vraiment pas grand-chose à la voix du chanteur pour la rendre géniale. Je ne saurais pas vous décrire ce qui fait que c’est presque ce qu’il faut et je vous renvoie à mon article précédent sur Circé Deslandes qui parle un peu de ma relation avec les voix dans les créations musicales. De même la voix de la chanteuse est correcte mais pas magique. PAR CONTRE, une fois nos deux comparses réunis, symbiose il y a et notre l’étincelle refait son apparition. Les cœurs masculins sont vraiment super agréables et de qualité, mais je dois admettre que j’ai un faible pour ce genre de choses.

Cet album aurait largement sa place chez Prophecy Productions mais désormais Ainulindalë est indépendant.
Bonus : le CD est fourni avec un DVD permettant une écoute en 5.1 pour les plus chanceux d’entre vous qui auraient un système son digne de ce nom. Pour ma part j’ai deux pauvres enceintes toutes pourries. 😥

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

[EN]Hello everyone and welcome to this special feature. You’ll tell me , why is it special? Well this is the first time that someone contacts me to donate me his album to be reviewed and believe me it touches me a lot and warms my heart . It cheers me up and makes me say that I do not write for nothing. 🙂
So Thomas, thank you to you for this gift. Plus, the product is really beautiful.
He contacted me thanks to my words on Whom The Moon A Nightsong Sings where Ainulindalë appeared (and I say it again, this is one of the best compilations I ever heard).
If one day you would edit a horizontal poster with cover artwork, believe me it’ll be a very good idea. I don’t know if everyone will get the chance like me to get a postcard but in any case, I applause the artist who did the artwork.

Let’s now focus on what interest us the most, the music is full neofolk / darkfolk. Undeniably full of melancholy, lovers of the genre will not be disoriented. On the instrumental side, our friend put the package with classical violins and guitars that are essential to me to a quality neofolk. There is also a trumpet that does its small effect. Just like Trollfest that makes use of unusual instruments in metal music, trombone in the neofolk is also not the first instrument that I would think about but it works great.

It did not really miss much to the male singer’s voice to make it great. I could not describe to you why it’s almost great and I’d refer you to my previous article on Circe Deslandes (yeah I know it’s in French, sorry) which speaks a bit of my relationships with the voices in musical creations. Similarly, the voice of the female singer is good but not magical.
HOWEVER, once our two buddies sing together, symbiosis appears and our spark reappears.
Male choir is really nice and super quality, but I must admit I have a big appreciation for this kind of stuff.

This album could largely take place in Prophecy Productions, but Ainulindalë is now independent.

Bonus: The CD comes with a DVD to listen to the tunes in 5.1 for the luckiest of you who have a great sound system. As for me, I have two miserables speakers. :’(

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

www.ainulindale.fr

http://www.facebook.com/ainulindaleofficial

Twinsen aka Guillaume Ghrenassia

Photo : Flavien Prioreau

Photo : Flavien Prioreau

J’avais envie d’écrire cette chronique depuis un petit moment déjà et croyez-le ou non, le destin semblait vouloir me dire que vraiment ça urgeait là. En allumant la radio de mon automobile, je cherchais une station et tombais sur une station inconnue « Radio Néo » et découvrais avec quasi certitude Circé Deslandes. Aucun moyen de vérifier si c’était bien le cas ou pas, mais j’étais persuadé que c’était elle. Pourquoi ? Sa voix, ses textes. Après quelques recherches, je me donne raison grâce aux quelques extraits de textes que je retins. Et quelques jours plus tard, rebelote, je retrouve notre amie sur cette même onde au moment même où je reprends ma voiture. Ca va j’ai compris, je vais l’écrire cette chronique. 🙂

La première fois que j’ai entendu parler de Circé Deslandes c’était sous son ancien nom de scène « Cécilia H ».

Je regardais la chaîne de télévision Nolife (que je vous recommande très fortement) et comme à chaque fois il y avait des clips plus ou moins étranges, je tombais alors sur le clip « pour oublier ». Intrigué par l’atmostphère, les costumes, les paroles et la voix (et la beauté aussi) de la demoiselle, je me renseignais alors sur cette chanteuse. Et voilà comment j’ai appris qui était Circé Deslandes.
Quelques temps après, je vois apparaitre une campagne de financement participatif (crowdfunding) pour la création du clip d’une de ses chansons : « ta bite ». Je suis un fervant défenseur du crowdfunding et ai déjà participé à quelques uns d’entre eux. Aussi ai-je pris part à cette campagne pour plusieurs raisons :

– La contrepartie était très honnête au vu du montant donné.
– Ca me faisait marrer de financer un clip qui s’appellait « ta bite ». Je suis un mec, c’est de l’humour de mec, vous pourriez pas comprendre je pense.
– Et parce que bon il faut quand même une raison « valable », la chanson est tout de même plutôt sympathique.

Il est trop tôt pour que je vous révèle le clip en question, mais ça y est après plusieurs mois d’attente, j’ai pu le voir en avant-première et je peux vous dire qu’il est chaud chaud chaud ! Sachez cependant que d’ici fin mars il devrait être en libre accès au public et j’éditerai alors cet article avec celui-ci.

J’ai survolé vaguement l’artiste sans mentionner ses oeuvres, équilibrons les choses si vous le voulez bien.

Pourquoi Circé Deslandes c’est très bien ? Parce que comme je le dis à tout ceux avec qui je parle de musique : l’important c’est la voix que je classe vulgairement en trois (ou quatre) niveaux :
– Amoureux
– Tolérable / passable / ouais ça va
– Détestable

Autant dire que si vous êtes dans la catégorie détestable et même si vous avez de très bons instrumentaux, c’est quand même mort pour vous, désolé. Je vous passe les critères subjectifs qui font que vous intégrerez tel ou tel niveau.

Circé Deslandes peut se féliciter d’intégrer la liste « amoureux », cette liste où les voix sont vraiment hors du commun et ont une âme à part entière.
Sa voix est calme, posée, profonde, envoutante, hypnotisante et moi j’aime ça. L’anglais dirait « love that ».

Attention à partir de là c’est une analyse personnelle qui peut très certainement être erronée mais c’est comme la peinture, chacun l’interprète comme il le sent et j’argumente mes propos qui plus est.

Afin de réaliser au mieux cette chronique j’écoute l’intégralité de ses productions jusque-là. Il ressort clairement un rapport étrange au corps humain : le sien surtout et celui de l’autre parfois. Une chanson dédiée au pénis, une chanson dédiée à sa paire de seins, une chanson qui s’interroge sur savoir si oui ou non on l’aimerait après la dégradation de son corps à cause de l’âge, le pénis qu’elle aimerait tant avoir. Souvent nue ou dénudée dans ses clips aussi d’ailleurs. Mon analyse est qu’elle n’a sûrement que trop peu de fois reçu de compliments sur la beauté de son corps et complexe et/ou qu’elle a eu de tristes relations amoureusses, aussi le dis-je : Circé tu es splendide, n’aie honte de rien.

Côté paroles, car pour une fois je comprends et m’intéresse aux paroles vu que c’est du français nous retrouvons des textes qui sortent de l’ordinaire comme indiqué plus haut. A l’image d’une GiedRé elle fait dans l’original, restant cependant beaucoup moins « violente » (quoi que ça reste à voir parfois) que cette dernière et plus poétique. Je repense aussi à cette chanson assez dure de Diabologum – La maman et la putain que ce soit du côté de l’intonation ou des textes critiques.

Circé Deslandes ce n’est pas juste des chansons, c’est un univers et ça c’est pas courant qu’un artiste nous propose un univers unique à soi. Je n’attends désormais qu’une seule chose : qu’elle devient suffisamment connue pour atteindre le sud-ouest de la France et qu’enfin je puisse apprécier la demoiselle en concert live à Toulouse. Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire chers internautes, chers lecteurs : écoutez, achetez, partagez sa musique (et mon article aussi ça serait sympa ^^) et ensemble, rendons-lui la célébrité qui lui est méritée. Je vous invite d’ailleurs à ce titre à écouter son titre Les rêveurs échoués sur son Soundcloud, vous comprendrez la phrase précédente.

Mise à jour : vous pouvez désormais voir le clip de « Ta bite » pour lequel j’ai participé financièrement. Bon visionnage.

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

https://soundcloud.com/circe-deslandes : retrouvez deux de ses chansons à cette adresse.

https://www.facebook.com/Circe.Deslandes

https://twitter.com/circedeslandes

Youtube : https://www.youtube.com/user/TheMistercake : La plupart de ses chansons sont disponibles à cette adresse.

Label : http://www.nuun-records.com/our-artists/

Twinsen aka Guillaume Ghrenassia

Space - Just Blue (cover) LP

Space - Just Blue (Back) LP

Space - Just Blue - Pochette Intérieure

Space - Just Blue - Pochette Intérieure

[FR]Quand j’ai ouvert il y a quelques années de cela la collection de vinyls de mon père, je suis resté bloqué devant un vinyl en particulier : Space – Just Blue. Visuellement hyper méga classe, je me suis dit qu’il fallait réellement tester ce dernier.

La galette tourne et là c’est LE COUP DE FOUDRE. Vraiment j’ai été subjugué par la beauté de cette œuvre. J’ai lancé l’écoute de ce vinyl tous les jours pendant quelques temps à cette époque-là.
Des années plus tard, je me rappelle de ce souvenir et me renseigne un peu plus sur l’œuvre et son artiste principal : Didier Marouani. J’apprends que ce dernier est français (ce qui me rend encore plus heureux) et qu’il est très amoureux de la Russie et surtout que la Russie est très amoureuse de Space.
En 2013, avec une très grande émotion j’assiste sur internet à un duplex irréel, hors du commun, transcendant. Didier Marouani revenait 30 ans après dans un stadium moscovite où via un écran il joue quelques notes d’un de ses tubes avec un astronaute depuis la Station Spatiale Internationale où un synthétiseur avait été amené. La fille d’un des astronautes également présente sur scène accompagnera par la suite Didier. J’étais probablement au bord des larmes d’une intense émotion.
Je pense que ce jour-là, l’expression « la musique n’a pas de frontière » n’a jamais été plus réelle.
Jusque-là je ne vous ai parlé que de contexte et anecdotes sans parler de la musique elle-même, so here we go !

A l’image d’un Jean-Michel Jarre – Oxygene, le disque est pleinement ancré dans la culture french touch electro.
A l’écoute de cet album, je me vois face aux mystérieuses cités d’or. La musique aurait largement pu être présente dans la série animée que j’affectionne tout particulièrement.
Nous traversons plusieurs genres musicaux : le disco, l’ambient et la pop. Hypnotisés par certains loops, le temps passe vite et nous ressentons une amère déception quand tout s’arrête. Du coup on le réécoute une deuxième fois.
La discographie de Didier Marouani et Space est colossale et je dois admettre ne pas la connaitre entièrement mais soyez sûrs d’une chose, l’album Just Blue je le connais TRES TRES BIEN.
Alors si un jour il vous prend l’envie de fouiner dans les vinyles de vos proches, peut-être que comme moi vous tomberez amoureux de l’un d’eux.
En attendant, je vais écouter le reste de la discographie de notre artiste.

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

[EN] When I opened my father’s vinyl collection several years ago, I was struck by one vinyl in particular: Space – Just Blue. Visually hyper mega classy, I had to test it.
The vinyl turned and it was love at first sound. I was overwhelmed by the beauty of it. I started listening to this vinyl every day for a while.
Years later, I remembered that moment and I started gathering information about Space and its main artist Didier Marouani. I learned that he was French (which made me even happier) and he was very in love with Russia and Russia is deeply in love with Space too.
In 2013, with great emotion I went on the internet to an unreal, unusual, transcendent duplex. Didier Marouani returned 30 years later in a Moscow stadium where via a screen he played a few notes of one of his tubes with an astronaut from the International Space Station where a synthesizer was brought. One of the astronaut’s daughter, also present on stage, accompanied Didier after that. I was probably close to tears with such intense emotion.
I think that this day, the term « music has no borders » has never been more real.
So far, I’ve only told you about that context and anecdotes and didn’t even mention the music itself, so here we go!
Such as a Jean- Michel Jarre – Oxygene album, the disk is fully embedded in the French electro touch culture.
Listening to this album, I now picture myself face to face with The Mysterious Cities of Gold. Just Blue could have been widely present in the animated series that I am particularly fond of.
We cross several genres: disco, ambient and pop. Hypnotized by some loops, time flies and we feel sad when everything stops. So we play it again.
Didier Marouani & Space’s discographies are huge and I must admit to not fully know them but am sure of one thing, I know Just Blue VERY WELL.
So if one day you have the desire to delve into your family’s vinyl’s collection, maybe, like me, you’ll fall in love with one of them.
In the meantime, I’ll listen to the rest of the discography of our artist.

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

Duplex with the ISS on Dailymotion

https://www.facebook.com/Didier.Marouani.et.spAce/info

Official Website : http://fr.space.tm.fr/

Twinsen aka Guillaume Ghrenassia

Pandemiagroupe
Photo : Nina Vassilievna

Magoyond est un groupe parisien (bouh !) de cinq membres (et désormais six). On peut les classer dans la catégorie heavy metal/rock alternatif. Alors je pense qu’il serait pas mal de préciser qu’en temps normal c’est un genre que je n’écoute JAMAIS. Je suis beaucoup beaucoup plus fan de folk métal. MAIS c’est un groupe français et par conséquent j’en comprends toutes les paroles, les subtilités et les blagues, car oui il y en a.

Historiquement, MagoYond, c’est la rencontre du Mago (Julien) et de Yondaïme (dit Yond, aka Romain) dans quelque chose qui m’a longtemps passionné : les sagas MP3. Je dois admettre que je n’ai jamais été très fan de leur saga à eux (Chez le psy) mais que j’ai adoré leur passage à la musique. A eux deux ils formèrent MagoYond et composèrent différents tracks (probablement en compagnie d’Aspic) et j’ai longtemps, très longtemps adoré leur album Musico Therapy avec pléthores de chansons zombiesques et geekesques. Quel dommage de n’avoir cet album que sous forme digitale.

Magoyond se classe dans la catégorie Zombie Music. Leur univers, leurs chansons, leurs concerts : tout est sous ambiance zombie. Et c’est là que Magoyond est un grand groupe. Ils ont réussi à se frayer un chemin dans le très vaste univers musical avec leur genre à eux : la zombie music. (Coucou The Walking Dead) Je pense que je ne traduirai pas cette review parce que pour bien apprécier cet album il faut clairement être francophone, car la vraie force de ce groupe et de cet album c’est le choix des mots (et aussi le charisme vocal de Julien aka Le Mago). Donc oui si cet album arrive à passer la première barrière du « j’aime pas l’heavy metal » c’est bien parce que Mago a quand même une vraie et belle voix d’homme proche des genres musicaux que je préfère.

Côté instrumental, nous sommes également largement gâtés allant des ambiances métal au jazz vintage américain. N’oublions pas les quelques chansons bien geeks qui ne pourront que nous ravir.

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

http://www.deezer.com/fr/album/6154393

http://open.spotify.com/artist/69NyHXNjgqvV4euhqZ36kH

https://www.facebook.com/magoyond/

https://twitter.com/magoyond

https://myspace.com/magoyond

http://www.youtube.com/magoyond

http://vimeo.com/magoyond

http://magoyond.com/album

Twinsen aka Guillaume Ghrenassia

10880_10151717153709256_1871879553_n

FR : Dead Beat Project est le nom de scène d’Olivier Goyet, un artiste français longtemps expatrié en Angleterre. Cet album nous plonge dans un univers envoutant et mystique. Soyez prêts à ressentir le sable chaud et le calme du désert d’Orient car c’est bien là que cet album nous amène (en tout cas c’est là qu’il m’a amené). Avec ses sonorités électro trip-hop et ses nappes de synthé présentes en permanence, c’est un véritable voyage de l’esprit qu’on a là. Album hautement apaisant et méditatif, je vous invite à l’acheter de toute urgence. Ayant été convaincu par le premier album, Breaking The Shell, je m’étais procuré à l’époque les deux albums directement auprès d’Olivier sans avoir écouté R’Evolution. Je n’étais absolument pas déçu.

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

EN : Dead Beat Project is the music name of Olivier Goyet, a french artist that has lived for a while in England. This album plunges us into a mystical and mesmerizing universe. Get ready to feel the warm sand and calm of Orient desert because that’s where this album leads us (at least that’s where he did lead me). With its electro trip-hop sonorities and his naps of synthetizer fully present, it’s a true journey for your mind. Highly soothing and meditative album, I invite you urgely to buy it. I’ve been convinced by his first album, Breaking The Shell. I had ordered directly those two albums to Olivier without even listening to R’Evolution. I haven’t been disappointed.

♫ Dead Beat Project – Awakening http://www.youtube.com/watch?v=KH-nbrouz9E

♫ Dead Beat Project – Innocence http://www.youtube.com/watch?v=5awQpR5aVSE

♫ Dead Beat Project – To the Rhythms of the Moons http://www.youtube.com/watch?v=F7t0RBL6rCM

Breaking The Shell – 2007
R’Evolution – 2011
Samsara – Coming soon on June 8th 2013

http://www.deadbeatproject.com/

Photojj-0002

Twinsen aka Guillaume Ghrenassia