Articles Tagués ‘nest’

Ainulindalë - Nevrast CD Postcard (4) Ainulindalë - Nevrast CD Postcard (5) Ainulindalë - Nevrast CD Postcard (1)

[FR]Bonjour à tous et bienvenue dans cette chronique spéciale. Vous allez me dire, qu’a-t-elle de spéciale cette chronique ? Eh bien c’est la TOUTE PREMIERE FOIS que quelqu’un me contacte pour me faire don de son album en vue d’une chronique et ça croyez-moi ça me touche et me fait chaud au cœur. Cela me remonte le moral et me fait dire que je n’écris donc pas pour rien.
Donc Thomas, merci à toi pour ce cadeau. Qui plus est et vraiment en toute objectivité, le produit est vraiment magnifique. Il m’a contacté grâce à ma chronique sur Whom The Moon A Nightsong Sings où il apparaissait (et où je le redis encore, c’est une des meilleures compilations jamais entendues).
Si jamais un jour tu souhaites éditer un poster horizontal avec l’artwork de la pochette, crois-moi c’est une très bonne idée. Je ne sais pas si tout le monde aura la chance de le recevoir comme moi sous forme de carte postale mais en tout cas vraiment chapeau l’artiste.

Bon rentrons dans le vif du sujet désormais, la musique est pleinement neofolk / darkfolk. Indéniablement emplie de mélancolie, les amoureux du genre ne seront pas dépaysés. Côté instrumental, notre ami a mis le paquet avec les classique violons et guitares qui sont pour moi essentiels à une neofolk de qualité. On retrouve également une trompette passant par là et qui fait son petit effet. A l’image de Trollfest qui fait usage d’instruments peu communs dans le metal, le trombone dans la neofolk n’est également pas le premier instrument auquel je penserais mais qui marche super bien.

Il ne manque vraiment pas grand-chose à la voix du chanteur pour la rendre géniale. Je ne saurais pas vous décrire ce qui fait que c’est presque ce qu’il faut et je vous renvoie à mon article précédent sur Circé Deslandes qui parle un peu de ma relation avec les voix dans les créations musicales. De même la voix de la chanteuse est correcte mais pas magique. PAR CONTRE, une fois nos deux comparses réunis, symbiose il y a et notre l’étincelle refait son apparition. Les cœurs masculins sont vraiment super agréables et de qualité, mais je dois admettre que j’ai un faible pour ce genre de choses.

Cet album aurait largement sa place chez Prophecy Productions mais désormais Ainulindalë est indépendant.
Bonus : le CD est fourni avec un DVD permettant une écoute en 5.1 pour les plus chanceux d’entre vous qui auraient un système son digne de ce nom. Pour ma part j’ai deux pauvres enceintes toutes pourries. 😥

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

[EN]Hello everyone and welcome to this special feature. You’ll tell me , why is it special? Well this is the first time that someone contacts me to donate me his album to be reviewed and believe me it touches me a lot and warms my heart . It cheers me up and makes me say that I do not write for nothing. 🙂
So Thomas, thank you to you for this gift. Plus, the product is really beautiful.
He contacted me thanks to my words on Whom The Moon A Nightsong Sings where Ainulindalë appeared (and I say it again, this is one of the best compilations I ever heard).
If one day you would edit a horizontal poster with cover artwork, believe me it’ll be a very good idea. I don’t know if everyone will get the chance like me to get a postcard but in any case, I applause the artist who did the artwork.

Let’s now focus on what interest us the most, the music is full neofolk / darkfolk. Undeniably full of melancholy, lovers of the genre will not be disoriented. On the instrumental side, our friend put the package with classical violins and guitars that are essential to me to a quality neofolk. There is also a trumpet that does its small effect. Just like Trollfest that makes use of unusual instruments in metal music, trombone in the neofolk is also not the first instrument that I would think about but it works great.

It did not really miss much to the male singer’s voice to make it great. I could not describe to you why it’s almost great and I’d refer you to my previous article on Circe Deslandes (yeah I know it’s in French, sorry) which speaks a bit of my relationships with the voices in musical creations. Similarly, the voice of the female singer is good but not magical.
HOWEVER, once our two buddies sing together, symbiosis appears and our spark reappears.
Male choir is really nice and super quality, but I must admit I have a big appreciation for this kind of stuff.

This album could largely take place in Prophecy Productions, but Ainulindalë is now independent.

Bonus: The CD comes with a DVD to listen to the tunes in 5.1 for the luckiest of you who have a great sound system. As for me, I have two miserables speakers. :’(

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

www.ainulindale.fr

http://www.facebook.com/ainulindaleofficial

Twinsen aka Guillaume Ghrenassia

Maia - Umbrose

Maia – Umbrose

Hello Maia and thanks for this interview. First of all, can you present yourself?

Hello Twinsen and The World of Twinsen subscribers/followers, it’s an absolute pleasure. I’m the creator of « Umbrose », and I hope this interview can lend some insight on my first step into making music.

How did you come to create Umbrose and does this mean anything in any language ?

Well, I’ve been an avid lover of music for my entire life. I can very seldom pass a day without it, and I felt that in order to to deepen my connection with it, I need to create my own. The idea of Umbrose has been at the back of my mind for a very long time, but the right time and place allowed it to become a reality for me.The name is derived from the word Umbra (Shade, shadow) in latin. Umbrose means shading, darkened, obscure.

Your first EP is signed under Audiokratik, a label that I know quite well seen that it’s run by my friend Aslak Tolonen. How did you two meet ?

I met him initially through his project « Nest ». I was fond of Nest for a for a long time, and then I decided to contact him with the intention of praising his music. We became friends after that, and have been for many years.

I know that he helped you for some elements in this debut album, what were they ?

A.T. helped me mostly with the mixing and mastering of the EP. I’d like to thank him for the help and support.

Your album could be categorized among others in the ambient/dark ambient music and some tracks remind me of Jaaportit, do you know this band ?

Ah yes, I do! However, not as well as I should. The comparison is very flattering. Ambient is a kind of music that I greatly enjoy, and I’m very happy that Umbrose took that kind of direction.

If yes, is it a reference for you ? There is also the use of the piano, which is a very important instrument for neoclassical music, a genre that I love a lot and I advise all of my readers to listen to Der Blaue Reiter – Nuclear Sun. We can also hear some electro sounds and drums which makes quite completes this album. Did you play all those instruments or were you helped for some of them ?

Almost every ambient project that I enjoy listening to was in some ways an inspiration for me. However, some more than others. Ulver, Rik Schaffer and Akira Yamaoka were the driving influences on this EP, as well as many other game soundtracks. I aim for creating an atmosphere. Funnily enough, the only instruments I play are the guitar and pennywhistle, both of which aren’t prominent on the EP. Instrumentation was written by me, using basic music theory, and the music is made from professional and pre-recorded sounds of each note, on each instrument.

Sadness surrounds us all along the listening of this album. It’s usually the case in that kind of genres, do you want to compose happier tracks for the next album or do you think of staying in that register ?

The direction that I feel Umbrose is taking is a dark and somber one. Aside from musical influences, I was inspired by various alternate reality settings, such as the Batman Universe, or the roleplaying game Vampire: The Masquerade. The feeling of experiencing a dark present, while reminiscing on fonder or romantic memories. However, I’m not limiting it to anything. I’ll flow with wherever it takes me.

I’ve seen that you’ve travelled a lot (USA, Israel, Finland for instance), did you meet underground bands that would really need to be highlighted in any kind of music ?

Yes! My time in Israel has allowed me to get really into the scene there. Winterhorde – (melodic/symphonic black metal) and Cruel Wonders – (neofolk), are two that you should definitely check out, among many more great bands.

I wanted to thank you for the trust you gave me by allowing me to upload your tracks on my channel and giving me this interview. I wish you all the best for your musical adventure. You’ll find this album here and please buy it at Audiokratik.

Twinsen

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

Bonjour Maia et merci à toi pour cette interview. Premièrement, peux-tu te présenter ?

Bonjour à toi Twinsen et aux lecteurs/abonnés de The World of Twinsen, c’est un réel plaisir. Je suis la créatrice d’Umbrose, et j’espère que cette interview pourra vous prêter un aperçu de mes premiers pas dans la création musicale.

Comment en es-tu venue à créer Umbrose et qu’est ce que cela signifie ?

Alors, j’ai été une passionnée de musique toute ma vie. Je peux très rarement passer une journée sans elle, et je sentais que, pour approfondir ma relation avec elle, je devais créer ma propre musique. L’idée de Umbrose a été à l’arrière de mon esprit pendant un temps très long, mais le bon moment et le bon lieu ont permis d’en faire une réalité pour moi.
Le nom est dérivé du mot Umbra (nuance, ombre) en latin. Umbrose signifie ombrage, sombre, obscure.

Ton premier EP est signé sous le label Audiokratik, un label que je connais plutôt bien étant donné qu’il est dirigé par mon ami Aslak Tolonen. Comment vous êtes-vous rencontrés tous les deux ?

Je l’ai rencontré à la base à travers son projet Nest. J’étais vraiment à fond dans Nest depuis un moment et j’ai finalement décidé de le contacter dans le but de faire la louange de sa musique. Nous sommes par la suite devenus amis et ce depuis de nombreuses années désormais.

Je sais qu’il t’a aidé pour quelques éléments dans ce premier album, quells étaient-ils ?

A.T. m’a principalement aidé dans le mixage et le mastering de l’EP. J’aimerais le remercier pour l’aide et le soutien.

Ton album pourrait être catégorisé entre autre dans le genre ambient/dark ambient et certains de titres me rappellent Jaaportit, connais-tu ce groupe ?

Oh oui ! Cependant, pas autant que je le devrais. La comparaison est en tout cas très flatteuse. L’ambient est un genre de music que j’apprécie considérablement et je suis très heureuse qu’Umbrose ait pris ce genre de direction.

Si oui, est-ce une référence pour toi ? Il y a également une utilisation du piano, qui est un instrument très important pour la musique néoclassique, un genre que j’adore énormément et je recommande à tous mes lecteurs l’écoute de Der Blaue Reiter – Nuclear Sun.Nous pouvons aussi entendre des sonorités électro et de la batterie ce qui fait de cet album un album assez complet au final. As-tu joué tous ces instruments ou étais-tu aidée ?

Pratiquement tous les projets d’ambient que j’aime écouter sont en quelque sorte une inspiration pour moi. Cependant, certains le sont plus que d’autres. Ulver, Rik Schaffer et Akira Yamaoka étaient les influences majeures de cete EP, ainsi que plusieurs bandes originales de jeux vidéo. J’ai pour objectif de créer une atmosphère.Curieusement, les seuls instruments que je joue sont la guitare et le pipeau, qui tous deux ne sont pas de premier plan sur l’EP. L’instrumentation a été écrite par moi, en utilisant de la théorie musicale basique, et la musique est faite à partir de sons professionnels et préenregistrés de chaque note de chaque instrument.

La tristesse nous entoure tout au long de l’écoute de cet album. C’est souvent le cas dans ces genres de musiques. Est-ce que tu veux créer des morceaux plus joyeux pour le prochain album ou est-ce que tu penses rester dans ce registre ?

La direction que je sens qu’Umbrose est en train de prendre est somber. Mis à part les influences musicales, j’ai été inspiré par les divers paramètres de réalité alternée, comme l’univers de Batman, ou le jeu de rôle Vampire: The Masquerade. Le sentiment de vivre un présent sombre, en nous remémorant des souvenirs plus affectueux ou romantique. Cependant, je ne le limite à rien. Je voguerai là où le vent me porte.

J’ai vu que tu as beaucoup voyage (USA, Israel, Finlande par exemple), as-tu rencontré des groups underground qui auraient bien besoin d’être mis sur le devant de la scène ?

Oui ! Mon temps en Israel m’a permis de vraiment trouver une scène sympa. Winterhorde(melodic/symphonic black metal) and Cruel Wonders (Neofolk), sont deux groupes que vous devriez définitivement écouter, parmi d’autres grands groupes.

Je voulais te remercier pour la confiance apportée en m’autorisant l’upload de tes musiques sur ma chaîne et en m’accordant cette interview. Je te souhaite le meilleur pour ton aventure musicale.

Vous pouvez trouver cet album ici en libre écoute et en pensez à l’achter en CD-R ou digital chez Audiokratik.

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

Twinsen aka Guillaume Ghrenassia

https://www.facebook.com/UmbroseOfficial | https://soundcloud.com/umbrose
Email: UmbroseOfficial[@]gmail.com

Buy it at : http://iki.fi/atolonen/audiokratik
EMAIL: audiokratik[@]gmail.com

Nest - Fabled Lore - Cover - (Etsinta) Nest - Hidden Stream - Cover - (Piilopaikka) Nest - Woodsmoke - Cover 1 - (Savuvalo) Nest - Last Vestige of Old Joy - CD - (Ashen World) Nest - Trail of the Unwary - Cover 1 - (Kohtaamisia Latvustossa) Nest - Trail of the Unwary - Cover 2 - (Kynnenjaljet)

FR : Nest est un groupe finlandais désormais en standby (et je prie tous les jours pour un retour de ce groupe). On retrouve un duo au sein de ce groupe Aslak Tolonen (autrement dit mon idole) que nous connaissons désormais pour ses projets dans Syven et T. Saxell. Ce n’est pas UN groupe de neofolk, c’est LE groupe de neofolk. A mes yeux, il n’y a pas plus neofolk que ce groupe. Une neofolk particulièrement rare car réalisée avec l’instrument traditionnel finlandais, le kantele.

Fabled Lore est la démo du groupe gravée par les artistes eux-mêmes en 2000.

Hidden Stream est un split avec Isafjord sorti en 2001 chez Corvus Records. Album très très très très rare à trouver.

Woodsmoke en 2003. Deux versions : une regular et une limited à 99 exemplaires (et je cherche toujours cette limited edition).

Last Vestige of Old Joy en vinyl split avec Agalloch en 2004. Malheureusement je n’ai pas encore ce vinyl car il coûte assez cher.

Trail of the Unwary en 2007 là aussi avec deux versions : regular et limited 99 (et si quelqu’un se sépare de sa version limited, s’il vous plait, faites moi signe).

Le meilleur album du groupe est selon moi Hidden Stream, mais je ne suis pas particulièrement objectif pour le coup car c’est un des tous premiers albums de neofolk que j’ai écouté dans ma vie et j’ai écouté cet album des dizaines de fois. Album proche de la nature, très calme et apaisant.

Dans le même esprit on retrouve Woodsmoke là encore album proche de la nature et méditatif.

Trail of the unwary est plus sombre mais tout aussi magnifique, ce qui a amené à la création de Syven, comme expliqué dans l’interview de Syven.

Je n’ai pas d’autres mots à dire que l’ensemble de l’oeuvre de Nest est un pur chef d’oeuvre.

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

EN : Nest is a Finnish band from now on standby (and I pray every day for a return of this band). We find a duet within this group Aslak Tolonen (in other words my idol) which we know from now on for its projects in Syven and T. Saxell. It is not A group of neofolk , it is THE group of neofolk. For me, there is no more neofolk there than this band. A neofolk music particularly rare because realized with the Finn traditional instrument, the kantele.

Fabled Lore is the demo of the group burnt by the artists in 2000.

Hidden Stream is a split with Isafjord released in 2001 at Corvus Records. Album very very very very rare to find.

Woodsmoke in 2003. Two versions: a regular and a limited to 99 copies (and I still look for this limited edition).

Last Vestige of Old Joy is a vinyl split with Agalloch in 2004. Unfortunately I don’t have this vinyl yet because it’s quite expensive.
Trail of the Unwary in 2007 there also with two versions: regular and limited 99 (and if somebody wants to seperate from his limited version, please, contact me).

The best album of the group is according to me Hidden Stream, but I am not particularly objective this time because it is one of the  first neofolk albums which I listened to in my life and I listened to this album dozens of times. Close album of nature, very quiet and soothing.

In the same spirit we find Woodsmoke even there close album of natural and meditative.

Trail of the unwary is darker but so magnificent, what brought to the creation of Syven, as explained in the interview of Syven.

I have no other words to say that the whole work of Nest is a pure masterpiece.

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

♫ http://nestfin.bandcamp.com ♫

http://www.facebook.com/pages/Nest-Aslak-Tolonen-T-Saxell/123224068877?id=123224068877&sk=info

http://iki.fi/atolonen/nest

Twinsen aka Guillaume Ghrenassia

Various_Artists_-_Whom_The_Moon_A_Nightsong_Sings_artwork

FR : Cette compilation réalisée par Prophecy Production est tout simplement fabuleuse tant par son contenu que son contenant. La version vinyle est somptueuse et le poster inséré à l’intérieur dont l’artwork est réalisé par le français Fursy Teissier est magnifique. Cette grosse compilation ravira les amateurs comme les néophytes de neofolk. Et elle inclut du Syven et du Nest !

A écouter sans modération sur la chaine de Prophecy Productions. (on pouvait aussi l’écouter sur ma chaine et sur plein d’autres chaines mais Prophecy a demandé à ce qu’on nettoie tout ça donc on s’est exécuté).

Elle est à ce jour la plus belle compilation qu’il m’ait été donné d’écouter.

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

EN : This compilation realized by Prophecy Prodction is just fabulous by its content and its contenant. Vinyl version is somptuous and the poster included inside has been created by the french Fursy Teissier and is just magnificent.

To listen without moderation on Prophecy Production’s channel. (We could also listen to it on my channel and other ones but Prophecy wanted us to remove them so we did it)

For now, it’s the best compilation I’ve ever listened to.

http://www.youtube.com/watch?v=P3eUGYGBAJE&list=PL1BD68B411A1CCDA4

Twinsen aka Guillaume Ghrenassia

Syven - Corpus Christi Promo Information

FR : Syven est un duo Finlandais né de la collaboration entre Aslak Tolonen et Andy Koski-Semmens (cf interview pour plus de détails). L’association est d’emblée prometteuse ; nous avons d’un côté le leader de Nest, grand amoureux des furets, qui lorsqu’il ne parcourt pas les forêts finlandaises sur son vélo, ne semble jamais bien loin de son kantele –l’instrument traditionnel finlandais, emblématique de tout un folklore. Et de l’autre côté Andy, un personnage avide de curiosité, toujours en perpétuel travail qui de par sa formation classique inonde cet album de sa voix hors du commun.

Parlons désormais plus amplement de cet album, qui rappelons-le est sorti le 6 décembre 2012 chez Audiokratik (leur propre label).

Depuis leur précédent album, le très bon Aikaintaite, Syven est classé dans la scène néofolk/dark ambient. Corpus Christi poursuit sur cette voie, tout en apportant sa couleur particulière. Car on sent bien qu’après le coup d’essai Aikaintaite, Syven se sent cette fois en confiance, prêt à attaquer les choses sérieuses. Sur ce nouvel album, c’est un groupe qu’on sent sûr de lui, décomplexé et, en un mot, libre. Et cette fois plus que jamais, ils ne sonnent vraiment comme personne d’autre. La thématique est annoncée dès la lecture du nom de l’album : il sera question du Christ. Cela n’en fait pas pour autant un album chrétien mais davantage un album divin, païen, qui puise son inspiration dans toutes les sources du sacré : la nature, les rituels ancestraux… Aussi il n’est pas choquant de déceler par exemple quelques touches chamaniques – les mêmes qui faisaient le charme mystique d’Aikaintaite. Pas plus que de voir cohabiter latin et gaëlique, au son du kantele.

En raison de ses thématiques, Corpus Christi, reste en accord avec le genre auquel on le rattache. Stylistiquement, les familiers de dark ambient rituel et de darkwave de tout poil ne seront pas forcément dépaysés : l’album commence par des nappes de synthé très profondes accompagnées de cloches et de percussion qui nous mettent immédiatement dans une ambiance cléricale.

L’élément incontournable et indispensable de Syven est bien évidemment l’organe vocal rare du sieur Andy qui tranche aisément avec les lignes de chant très pauvres auquel le genre nous a habitué. Honnêtement, combien d’artistes sont capables de telles prouesses vocales dans le milieu de la neofolk/dark ambient ? Un tel atout distingue assurément le duo.

Le morceau lui-même se présente comme une longue suite divisé en 4 mouvements. Nos deux comparses se sont quand même montré très ambitieux, encore une fois, en  sachant alterner avec brio les passages purement ambient au kantele et les déclamations quasi grégoriennes d’Andy. Encore une fois, nous nous devons de souligner la fraicheur de la formule qui parvient admirablement à renouveler l’exercice. Personne ne chante de la sorte et le kantele n’est pas vraiment un instrument banal – kantele, qui rappelons-le ici est électrique : aucune guitare sur cet album, Aslak aime son instrument au point qu’il n’ose lui faire la moindre infidélité. Nos deux gaziers finlandais maîtrisent assurément leur exercice. On y voit une fluidité certaine et l’album ne peut s’écouter que d’une seule traite. Toute coupure y est proscrite et formellement interdite par ce blog. Quel intérêt y a-t-il à écouter des morceaux de rituel ?

Le groupe a évolué par rapport à son précédent album qui était aux frontières du metal (avec sa grosse distorsion) pour quelque chose de plus planant et apaisant avec Corpus Christi. Malgré son aspect solennel et mystique, la musique est très lumineuse comme nous le montre le clip.

Une vaste palette de sonorités est offerte à nos oreilles par le généreux Aslak, aux fourneaux pour l’occasion : Kantele classique et électrique, basse, piano, synthé, clochettes… Notons d’ailleurs que nos amis nous offrent généreusement sur la clé USB les pistes séparées de l’ensemble de ces instruments, nous permettant ainsi tous les remix les plus fous, laissant libre court à notre imagination. Concernant cette clé USB, je vous recommande chaudement son achat : elle dégueule de bonus en tout genre tels que l’ensemble des productions de Nest ainsi que le premier album de Syven pour ne citer que les meilleures parties.

En conclusion : un élément incontournable à toute bonne discothèque néofolk/dark ambient. Que vous soyez novices ou mélomane averti, cet album devra faire partie intégrante de votre meuble Ikéa plein de CD. Car oui, n’oublions pas, la musique ça s’écoute, ça s’aime et ça s’achète.

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

EN : Syven is a finnish duo, born from the collaboration between Aslak Tolonen and Andy Koski-Semmens (cf interview for more details). The association is promising at first sight. Indeed, on one side we’ve got the leader of Nest, big lover of ferrets, who, when he doesn’t ride on his bike in finnish forests, seems never too far from his kantele – the traditional finnish instrument, emblematic of a whole folklore. And on another side we’ve got Andy, a character eager of curiosity, in a perpetual work. Thanks to his classical formation, he floods this album with his uncommon voice.

Let’s talk more amply about this album, which, let us recall, has been released on December 6th 2012 on Audiokratik (their own label).

Since their last album Aikaintaite, Syven is categorized in the neofolk/dark ambient scene. This album is the good held of its predecessor, but it brings its peculiar color. It’s clear that after a first attempt, Syven now feels confident, ready to deal with serious business. On this brand new album, we hear a band full of insurance, uninhibited, and, in a word, free. More than ever, they sound like no one else. As soon as you read the title of the album, you know what we’re dealing with: The Christ. But it doesn’t make it for all that a Christian album, but rather a divine album, a pagan one that draws its inspiration from all sources of the sacred: Nature, ancestral rituals… So, it’s not chocking to discern some oriental, shamanic touches – the same which gave to Aikaintaite its mystic charm. Nor to see Gaelic verses cohabit with Latin, to the sound of the kantele.

Because of its thematic, Corpus Christi will not look odd within its genre. The regular visitors of ritual dark ambient and dark wave of all kinds will not be disoriented: the album begins with very deep layers of synth accompanied with bells and with percussion which put us immediately in a clerical atmosphere.

The unavoidable element and indispensable of Syven is obviously the rare vocal organ of Sir Andy that easily cuts with the poor lines of singing to which the genre accustomed us. Honestly, how many artists can compare to those vocal performances in the neofolk/dark ambient field? Such an asset is enough to differentiate the duo.

The piece itself appears as a long suite, divided into 4 movements. The two friends showed themselves very ambitious once again, and managed to alternate with brilliance passages purely ambient with the kantele and Andy’s almost Gregorian declamations. Once again, we have to underline the excellence of the formula, which succeeds admirably in renewing the exercise. Nobody sings like Andy, and the kantele is not really a classic instrument. Kantele, which let us recall here, is electric. Indeed there is no guitar on this album: Aslak loves his instrument so much that he does not dare to cheat on it. One can feel a certain control of the exercise from our two Finnish buddies. We see certain fluidity there, and the album can only be listened in one breath. Any cut is formally banned and forbidden it by this blog. What would be the point to listen to just a piece of ritual?

The group evolved with regard to its previous album which was for the borders of the metal (with its loud distortion) for something furthermore gliding and calming with Corpus Christi. In spite of its solemn and mystic aspect, the music is very bright as the clip shows us.
A vast pallet of tones is offered to our ears by the generous Aslak, who puts the shoulder to the wheel for the occasion: classic and electric Kantele, bass, piano, synth, bells … Let us note moreover that our friends generously offers us on the USB key the tracks runways separated from all these instruments, so permitting to us all the most crazy remixes, giving vent to our imagination. Concerning this USB key, I recommend you warmly to purchase: it overflows with bonus of all kind, such as all the productions of Nest as well as the first album of Syven.
An unavoidable element in any good neofolk / dark ambient record collection. May you be a novice or a veteran music lover, this album has to be an integral part of your IKEA shelves full of CD. Because yes, let’s not forget that music is liked, shared and bought.

Cowritten by Twinsen aka Guillaume Ghrenassia & his mentor « Méléagre »

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

Syven Corpus Christi promo information‏