Articles Tagués ‘review’

cover

[FR] Wesh !

Comme promis et malgré les retards, voici enfin ma chronique de Trollfest – Kaptein Kaos. Je vais tenter ici de dépeindre l’atmosphère générale et l’essence de cet album.

Trollfest est un groupe que j’adore et que mes amis adorent également. Aussi est-il plaisant d’avoir eu leurs points de vue sur la carrière du groupe. Unanimement, et à l’inverse de la large majorité des groupes de musique, Trollfest va crescendo et continue de proposer toujours mieux dans ses productions.

J’ai un énorme coup de coeur pour ce groupe que j’ai pu rencontrer dans la vraie vie à Toulouse il y a quelques mois de cela. Vous pouvez d’ailleurs lire cela ici :
[Report] Toulouse – 23/04/2014 – Trollfest + Finsterforst + Cryptic Forest [SPM PROD]
Lors du concert de Toulouse, le groupe venait présenter au public son dernier bébé : Kaptein Kaos, je connaissais déjà un peu l’ambiance de l’album et dans la fosse c’était insane. Mais passons désormais à une critique studio et non live.

Il parait essentiel de procéder à une lecture en deux étapes de cette oeuvre. La partie musicale d’une part et la partie lyrics d’autre part.

Trollfest est dans la continuité de la diversité proposée par le groupe avec Brumlebassen en 2012. Si y a un connard qui vient vous dire que le metal c’est du bruit, du bruit, du bruit : envoyez-le écouter cet album. La richesse de Kaptein Kaos est à couper le souffle, tellement riche que j’étais effrayé de le chroniquer pour parvenir à décrire tout ce qui compose l’album. Trollfest connait la musique et ça se voit, empruntant au True Norvegian Balkan Metal, au swing, au jazz, une simili néo-valse (copyright The World Of Twinsen 2014 sur la description de ce genre musical) à l’exotisme, au pop rock, au folklore scandinave et plein d’autres genres divers auxquels on ne songerait pas en pensant à Trollfest. Mêlant à la fois sérieux et second degré, on est transporté tel un navire sur une mer capricieuse : tantôt agitée, tantôt calme, tantôt farceuse (souvent farceuse même). Pour écrire mes chroniques, je lance en même temps l’album que je présente, ainsi les idées viennent au fûr et à mesure. Indéniablement, cet album est un album de couple qui décrirait une relation amoureuse. Aussi, je pense que l’écoute est beaucoup plus agréable à plusieurs que tout seul, c’est un album qui se partage. Tout comme l’auteur de ses lignes, ce sont des romantiques nos trolls favoris.

Quel fou rire lorsqu’un « I wanna go to the cabana party tonight » pointe le bout de son nez. et qui du coup nous donne envie d’aller à cette soirée.

Côté histoire/lyrics, Kaptein Kaos traverse les âges comme le montrent si bien nos trolls en concert avec leurs costumes de dinosaures, romains, chinois… D’après mes sources, Toulouse fait partie des heureux élus à avoir vus ces costumes durant leur tournée, tout le monde ne semble pas les avoir vus.

Mes chroniques décrivent ma vision, elles sont complètement subjectives et peuvent présenter des erreurs, libre à vous d’y apporter une réponse.

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

[EN] Wesh!

As promised and in spite of the delays, my review of Trollfest – Kaptein Kaos is finally here. I am here going to try to depict the general atmosphere and the essence of this album.

Trollfest is a group I love and which my friends also love. So it is pleasant to have had their points of view on the career of the group. Unanimously, and contrary to the wide majority of the music groups, Trollfest goes crescendo and continues to propose always better in its productions.

I have an enormous crush for this group which I was able to meet in real life in Toulouse some months ago. You can read more about it here: [Report] Toulouse – 23/04/2014 – Trollfest + Finsterforst + Cryptic Forest [SPM PROD]

During the concert of Toulouse, the group came to present to the public their last baby: Kaptein Kaos. I already knew a little the atmosphere of the album and in the pit it was insane. But let us focus to a studio review and not a live one.

It seems essential to work in two phases for this chronicle. The musical part on one hand and the lyrics part on the other hand.

Trollfest is in the continuance of the variety proposed by the group with Brumlebassen in 2012. If a jerk comes to say to you that metal is only niose, noise, noise : send him a link to listen to this album. The richness of Kaptein Kaos is mindblowing, so rich that I was frightened to chronicle it to succeed in describing all which composes the album. Trollfest knows music and we see it, going from the True Norvegian Balkan Metal, from the swing, from the jazz, a simili neo-waltzs (copyright The World Of Twinsen 2014 on the description of this musical genre) in the exoticism, in the pop rock, in the Scandinavian folklore and other different kinds of which we would not think by thinking of Trollfest. Mixing at the same moment serious and second degree, we are transported like a vessel on a whimsical sea: sometimes shaken, sometimes peaceful, sometimes mischievous (often mischievous even). To write my chronicles, I play at the same time the album which I present, so the ideas come all along. Unmistakably, this album is an album of couple which would describe a love relation. So, I think that the listening is much more pleasant to some than alone, it is an album which is shared. Quite as the author of these lines, our favourite trolls are romantic.

What a crazy laughter when this appears:  » I wanna go to the cabana party tonight  » giving us a huge envy to attend to this party.

On the history / lyrics side, Kaptein Kaos crosses ages as show it so well our trolls in concerts with their suits of dinosaurs, Roman, Chinese… According to my sources, Toulouse is one of the rare shows to have seen these suits during their tour, everybody does not seem to have that luck.

My reviews describe my vision, they are completely subjective and can present errors, it is up to you to bring it an answer.

Guillaume Ghrenassia aka The World Of Twinsen

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

https://www.facebook.com/trollfestofficial

https://twitter.com/TrollfesT_Band

http://www.trollfest.com/

http://trollfest.bigcartel.com/

https://www.youtube.com/user/oivan

http://trollfestofficial.tumblr.com/

 

Publicités
Utopia OST signed by Cristobal Tapia De Veer

My copy of the OST signed by Cristobal with the famous question: « Where is Jessyca Hyde? »

[FR] Yo, bitches!

Cher Channel 4 : je t’aime et si tu veux m’envoyer un DVD ou des stickers / goodies d’Utopia je t’aimerai encore plus.

Je vais direct vous dire que je ne serai absolument pas objectif sur cette chronique mais je m’en branle. Je suis amoureux de la série Utopia lancée en 2013 sur la chaîne britannique Channel 4. Décrire cette série est impossible tant elle est complexe et puissante. Ce qu’il vous faut retenir : c’est une série noire, sombre, pleine de rebondissements. Mais surtout pour moi cette série est un chef d’oeuvre et a atteint le top 3 de toutes les séries que j’ai pu regarder. Je vous laisse voir ici la quantité astronomique de séries que j’ai pu voir : http://www.betaseries.com/membre/Twinsen/series (n’hésitez pas à m’ajouter en ami).

« Where is Jessyca Hyde? »

Cette série est un chef d’oeuvre car elle a su me faire me questionner intérieurement en me mettant à la place des protagonistes et en me disant « effectivement j’aurais fait comme lui » ou bien « ah non j’aurais pas du tout fait comme ça ». Mais l’un comme l’autre on se pose des questions qui touchent à des problèmes de société réels bien qu’appuyé par certains points d’irréalité. Habituellement peu enclin aux séries britanniques (j’aime pas l’accent), je dois dire que j’ai outrepassé ce blocage et pris une des plus grosses claques de ma vie. Donc pour l’instant je n’ai fait que vous parler (sans vous en parler) de l’aspect scénaristique.

Mais là où Utopia frappe fort c’est également de par la qualité de sa caméra qui nous propose une image avec une patte bien à elle et un grain extrêmement propre !

Mais si je parle d’Utopia ici c’est bien évidemment pour sa bande originale qui est un élément parfaitement ancré à la série. Dès le générique on se prend un blast dans la tronche et tout au long des 6 épisodes on retrouve une ambiance comme jamais auparavant. Après avoir visionné pour la première fois l’intégralité de la série j’ai dit et assumé les propos suivants : « cette série est l’héritière de Breaking Bad ». Breaking Bad qui est une série à voir absolument, parfaite de boût en boût, sans accrocs, réglée à la perfection, immanquable, culte.

Le problème de cette OST que Cristobal nous a réalisée est qu’elle est extrêmement complexe à décrire. 28 titres sont présents où l’ambiance générale est l’industriel et une sorte de « suspense ambiant », c’est pas un terme qui existe vraiment mais faut dire que sa musique est particulièrement inédite et rare surtout pour la télévision.

« WHERE THE FUCK IS JESSYCA HYDE? »

Nous sommes envoûtés par ces sonorités et particulièrement les voix employées à certains moments. Beaucoup de musiques lentes / à suspense composent cet album  mais nous sommes aussi en présence de sonorités très rythmées comme l’on retrouve au générique de la série.

Peut-on apprécier l’OST sans avoir vu la série ? Je pense que oui mais la magie est beaucoup moindre.

Mes passages préférés sont ceux intégrants des voix en fond qui parlent ou les choeurs qui sont vraiment très beaux (mais je ne saurais affirmer que ce sont effectivement des choeurs). Les passages que je qualifierais de groovy sont bien cools également. L’album en lui-même ne veut pas dire grand chose, le génie réside dans une seule chose : la symbiose parfaite entre la musique et l’oeuvre cinématographique.

Putain vous avez toujours pas compris ? Bon je vous le mets en image ! Et je vous glisse ici le fait que je veux très fort ce badge si quelqu’un veut me l’offrir je lui envoie plein de ♥ ♥ ♥  !

Guillaume Ghrenassia aka Twinsen

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

[EN] Yo, bitches!

Dear Channel 4: I love you and if you want to send me a DVD or stickers / goodies of Utopia I shall love you even more.

I’m gonna tell you right now that I shall not be absolutely objective on this review but I don’t give a damn. I am in love with the series Utopia launched in 2013 on the British Channel 4. To describe this series is impossible as it is so much complex and powerful. What is necessary for you to know: it is a black, dark series, full of new developments. But especially for me this series is a masterpiece and reached my top 3 of all the series I’ve ever watched. I let you see here the astronomical quantity of series I watched: http://www.betaseries.com/membre/Twinsen/series (do not hesitate to add to me as a friend).

« Where is Jessyca Hyde? »

This series is a masterpiece because it knew how to make me question myself inside by putting me instead of the protagonists and by telling me « actually I would have made as him » or « ah no I would have made not at all like that ». But one or another, we ask ourselves questions which touch real social problems although supported by certain points of irreality. Usually little inclined to the British series (I don’t like the accent), I have to say that I exceeded this blocking and took one of the biggest wow of my life. Thus at the moment I was only speaking to you (without speaking to each other about it) about the plot aspect.

But where Utopia hits hard it is also due to the quality of its camera which offers us an image with a spotlessly clean bead!

But if I speak about Utopia here it is naturally for its soundtrack which is an element perfectly anchored in the series. From the intro we take a blast in the face and throughout 6 episodes we find an atmosphere as never previously. After viewing the first time the entire series I said and assumed the following words: « this series is the heiress of Breaking Bad ». Breaking Bad which is a series to be absolutely seen, inevitable, cult.

The problem of this OST which Cristobal realized is that it is extremely complex to describe. 28 titles are present where the general atmosphere is the industrialist and a kind of « suspense ambient », it is no term which really exists but needs to say that his music is particularly new and rare especially for the television.

« WHERE THE FUCK IS JESSYCA HYDE? »

We are bewitched by these tones and particularly the voices used at times. Many slow musics / in suspense compose this album but we are also in the presence of tones very rhythmical as we find in the intro of the series.

Can we appreciate the OST without having seen the series? I think so but the magic is much lesser.

My favorite passages are the ones with voices in the back which speak or the choirs which are really very beautiful (but I would not know how to certify that they are actually choirs). The passages which I would qualify of groovy are very cool also. The album itself does not mean much, the genius lies in a single thing: the perfect symbiosis between the music and the video.

Didn’t you understand yet? Well I put it to you in image! And I slide you here the fact that I want very hardly this badge if somebody wants to offer it to me I send him or her some big ♥ ♥ ♥ !

Guillaume Ghrenassia aka Twinsen

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

Buy the CD or digital files: http://silvascreenmusic.greedbag.com/buy/utopia-original-television-sound-0/

Soundcloud of Cristobal: https://soundcloud.com/cristobal-tapia-de-veer

Twitter of Cristobal: https://twitter.com/CristobalMusic

Twitter of Free Run Artists: https://twitter.com/FreeRunArtists

Free Run Artists: http://freerunartists.com/showreel

About Utopia on Channel 4: http://www.channel4.com/programmes/utopia

Ainulindalë - Nevrast CD Postcard (4) Ainulindalë - Nevrast CD Postcard (5) Ainulindalë - Nevrast CD Postcard (1)

[FR]Bonjour à tous et bienvenue dans cette chronique spéciale. Vous allez me dire, qu’a-t-elle de spéciale cette chronique ? Eh bien c’est la TOUTE PREMIERE FOIS que quelqu’un me contacte pour me faire don de son album en vue d’une chronique et ça croyez-moi ça me touche et me fait chaud au cœur. Cela me remonte le moral et me fait dire que je n’écris donc pas pour rien.
Donc Thomas, merci à toi pour ce cadeau. Qui plus est et vraiment en toute objectivité, le produit est vraiment magnifique. Il m’a contacté grâce à ma chronique sur Whom The Moon A Nightsong Sings où il apparaissait (et où je le redis encore, c’est une des meilleures compilations jamais entendues).
Si jamais un jour tu souhaites éditer un poster horizontal avec l’artwork de la pochette, crois-moi c’est une très bonne idée. Je ne sais pas si tout le monde aura la chance de le recevoir comme moi sous forme de carte postale mais en tout cas vraiment chapeau l’artiste.

Bon rentrons dans le vif du sujet désormais, la musique est pleinement neofolk / darkfolk. Indéniablement emplie de mélancolie, les amoureux du genre ne seront pas dépaysés. Côté instrumental, notre ami a mis le paquet avec les classique violons et guitares qui sont pour moi essentiels à une neofolk de qualité. On retrouve également une trompette passant par là et qui fait son petit effet. A l’image de Trollfest qui fait usage d’instruments peu communs dans le metal, le trombone dans la neofolk n’est également pas le premier instrument auquel je penserais mais qui marche super bien.

Il ne manque vraiment pas grand-chose à la voix du chanteur pour la rendre géniale. Je ne saurais pas vous décrire ce qui fait que c’est presque ce qu’il faut et je vous renvoie à mon article précédent sur Circé Deslandes qui parle un peu de ma relation avec les voix dans les créations musicales. De même la voix de la chanteuse est correcte mais pas magique. PAR CONTRE, une fois nos deux comparses réunis, symbiose il y a et notre l’étincelle refait son apparition. Les cœurs masculins sont vraiment super agréables et de qualité, mais je dois admettre que j’ai un faible pour ce genre de choses.

Cet album aurait largement sa place chez Prophecy Productions mais désormais Ainulindalë est indépendant.
Bonus : le CD est fourni avec un DVD permettant une écoute en 5.1 pour les plus chanceux d’entre vous qui auraient un système son digne de ce nom. Pour ma part j’ai deux pauvres enceintes toutes pourries. 😥

Visit my partner’s website: Prophecy Productions

[EN]Hello everyone and welcome to this special feature. You’ll tell me , why is it special? Well this is the first time that someone contacts me to donate me his album to be reviewed and believe me it touches me a lot and warms my heart . It cheers me up and makes me say that I do not write for nothing. 🙂
So Thomas, thank you to you for this gift. Plus, the product is really beautiful.
He contacted me thanks to my words on Whom The Moon A Nightsong Sings where Ainulindalë appeared (and I say it again, this is one of the best compilations I ever heard).
If one day you would edit a horizontal poster with cover artwork, believe me it’ll be a very good idea. I don’t know if everyone will get the chance like me to get a postcard but in any case, I applause the artist who did the artwork.

Let’s now focus on what interest us the most, the music is full neofolk / darkfolk. Undeniably full of melancholy, lovers of the genre will not be disoriented. On the instrumental side, our friend put the package with classical violins and guitars that are essential to me to a quality neofolk. There is also a trumpet that does its small effect. Just like Trollfest that makes use of unusual instruments in metal music, trombone in the neofolk is also not the first instrument that I would think about but it works great.

It did not really miss much to the male singer’s voice to make it great. I could not describe to you why it’s almost great and I’d refer you to my previous article on Circe Deslandes (yeah I know it’s in French, sorry) which speaks a bit of my relationships with the voices in musical creations. Similarly, the voice of the female singer is good but not magical.
HOWEVER, once our two buddies sing together, symbiosis appears and our spark reappears.
Male choir is really nice and super quality, but I must admit I have a big appreciation for this kind of stuff.

This album could largely take place in Prophecy Productions, but Ainulindalë is now independent.

Bonus: The CD comes with a DVD to listen to the tunes in 5.1 for the luckiest of you who have a great sound system. As for me, I have two miserables speakers. :’(

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

www.ainulindale.fr

http://www.facebook.com/ainulindaleofficial

Twinsen aka Guillaume Ghrenassia

logo_egotwister

FR : Chers amis, je voudrais vous parler d’un petit label qui peine à se faire connaître mais qui mériterait davantage de notoriété. EgoTwister Records est un label tenu par Yan à Angers et fondé en 2004. Il y propose la musique qui lui plait et qui est surtout faite par des personnes qui lui plaisent et avec qui il se sent proche. On peut par exemple citer Gratuit que vous avez pu voir plusieurs semaines auparavant lors d’une interview qu’il m’avait accordé à Toulouse. On y rencontrera surtout de la musique electro mais peu conventionnelle. Je ne saurais que trop vous conseiller de vous essayer aux compilations Party Ruiners vol 1-4. Vous pouvez d’ailleurs retrouver le volume 2 sur ma chaîne Youtube ou en profiter avec une meilleure qualité sur le site d’EgoTwister en écoute libre et illimitée via bandcamp. En effet il y dépose tous les albums édités à ce jour et propose une vente digitale pour tous ceux-ci.

Yan est un passionné et il propose ses albums à un prix vraiment pas cher. Alors n’hésitez pas à vous faire plaisir en achetant ses albums que ce soit de manière physique ou digitale.

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

EN : Dear friends, I would like to speak to you about a small label which has difficulty in being known but which would deserve more fame. EgoTwister Records is a label held by Yan in Angers (France) and founded in 2004. He proposes the music there which pleases him and which is especially made by persons who please him and with whom he feels close. We can quote for example Gratuit that you were able to see several weeks previously during an interview that he had granted me in Toulouse. We shall meet especially some electro but little conventional music there. I would recommend you to venture on the compilations Party Ruiners Vol 1-4. You can moreover find the volume 2 on my channel or take advantage of it with a better quality on the site of EgoTwister in free and unlimited listening via bandcamp. Indeed hedeposits all the albums edited there this day and proposes a digital sale for all these.

Yan is a passionate and he proposes his albums at a really cheap price. Then do not hesitate to indulge yourselves by buying his albums whether it is in a physical or digital way.

EgoTwister Party Ruiners Volume 2 : http://www.youtube.com/playlist?list=PLD147473E724E4FC1

http://egotwisterrecords.bandcamp.com/

Twinsen aka Guillaume Ghrenassia

Print

FR : Fleet foxes est un groupe de folk musique légèrement rock américain dirigé par l’emblématique Robin Pecknold. Ce groupe fait partie des rares groupes folk avec un chanteur que j’apprécie. Cet album est juste beau. Il donne la joie de vivre. Il a ce qu’il faut pour faire le boulot et il le fait très très bien. A noter que je n’ai rien à reprocher à aucun des albums des Fleet Foxes sortis jusqu’à présent (Sun Giant, celui-ci et Helplessness Blues). Très bon groupe à écouter sans modération.

Please visit my partner’s website, the awesome German label Prophecy Productions

EN : Fleet foxes is a folk music band slightly rock lead by the emblematic Robin Pecknold. This band is one of the rare folk bands with a male singer that I like. This album is just great. It gives you the joy of living. It has what is necessary to do the job and it does well. Please notice that I have no reproach to make to any Fleet Foxes’s albums (Sun Giant, this one, Helplessness Blues). A very nice band to listen without moderation.

http://www.deezer.com/fr/album/105045

http://www.facebook.com/pages/Fleet-Foxes/24709128407?fref=ts

http://www.fleetfoxes.com/